Puis-je changer mon orientation sexuelle?

La plupart des documents ci-dessous sont publiés dans un rapport analytique. «La rhétorique du mouvement homosexuel à la lumière des faits scientifiques». est ce que je:10.12731/978-5-907208-04-9, ISBN 978-5-907208-04-9

Principales conclusions

(1) Il existe une base substantielle de preuves empiriques et cliniques que l'attraction homosexuelle indésirable peut être efficacement éliminée.
(2) Une condition importante pour l'efficacité de la thérapie réparatrice est la participation éclairée du patient et son désir de changer.
(3) Dans de nombreux cas, l'attraction homosexuelle, qui peut se produire pendant la puberté, disparaît sans laisser de trace à un âge plus mûr.

introduction

Les soins spécialisés pour les personnes qui veulent se débarrasser de l'attraction homosexuelle indésirable (VGN) sont appelés thérapies de réadaptation, SOCE.1 ou thérapie réparatrice. De plus, une telle aide est appelée réorientation, conversion, thérapie hétéro-affirmative ou réintégrative.

Étant donné que les faits cliniques sur l'élimination réussie de l'attraction homosexuelle et la transition vers une vie hétérosexuelle normale sapent sérieusement le mythe de la «congénitalité» et de l '«immuabilité» de l'homosexualité, qui construit toute la rhétorique politique des activistes gays, ils ont fait beaucoup d'efforts pour discréditer la thérapie réparatrice, exposant elle comme inutile et même nuisible, et pour les pratiquants comme les charlatans et les fanatiques religieux. L'un des mantras constants du mouvement «LGBT +» est l'affirmation selon laquelle l'aide de spécialistes ne serait pas en mesure d'éliminer la VBG. Cette affirmation n'est pas vraie.

Élimination des NVG en travaillant avec des spécialistes

Au cours de l'année 1973, à l'exclusion de l'homosexualité égosyntonique (c'est-à-dire acceptable pour le patient) de la liste des troubles mentaux, l'American Psychiatric Association a publié documentselon lequel: 

"... Les méthodes modernes de traitement permettent à une part importante des homosexuels qui souhaitent changer d'orientation de le faire ..." (Spitzer, 1973).

Cette déclaration a été approuvée par l'Assemblée de l'Association, son comité de référence et le conseil d'administration - un conseil composé de jeunes homophiles libéraux qui ont voté à l'unanimité pour la dépatologisation de l'homosexualité. L'APA était guidée par Principe de Leona Tylerselon laquelle les déclarations des psychologues ne devraient se fonder que sur des données scientifiques et une expérience professionnelle réelle. Comme l'ancien président de l'American Psychological Association, Nicholas Cummings, témoigne, plus près des années 90, l'association a abandonné ce principe pour plaire à l'agenda politique.

Vidéo en anglais

Cependant, dans 2009, l'American Psychological Association publie des lignes directrices pour le diagnostic et le traitement psychiatriques modernes, dans lesquelles сообщается suivant:

«Des preuves empiriques récentes suggèrent que l'orientation homosexuelle peut en effet être thérapeutiquement modifiée chez les clients motivés, et que les tentatives de thérapie de réorientation ne produisent pas de préjudice émotionnel.» 
(Psychopathologie essentielle et son traitement (2009), 3d éd. p. 468, 

Cependant, quelques mois plus tard, avec une incohérence flagrante, l'APA publie une déclaration selon laquelle la thérapie réparatrice est inefficace (APA 2009) C'est cette déclaration que les militants LGBT + mentionnent - des mouvements dans les discussions sur la possibilité d'un effet thérapeutique sur l'attraction homosexuelle. Un groupe de membres de l'APA qui sont également membres de l'organisation professionnelle Alliance for Therapeutic Choice2, en réponse à la déclaration de l'APA la même année, a publié un examen de la déclaration de l'APA, qui énumérait ces lacunes dans le rapport de l'APA comme une sélection sélective des sources (Phelan 2009a, p. 45), application arbitraire des critères de la thérapie réparatrice (Phelan 2009a, p. 48), l'application de doubles standards (Phelan 2009a, p. 49), et autres.

Alors, qu'est-ce qui est réellement indiqué dans la déclaration de l'APA, si vous l'analysez attentivement? La conclusion générale a été la condamnation de la thérapie réparatrice comme inefficace et nuisible. Cependant, si vous regardez les dernières pages de la conclusion, vous pouvez voir les faits que les auteurs du rapport ont été forcés de noter afin d'éviter la contrefaçon, mais ils n'incluent pas ces faits dans leurs commentaires et communiqués de presse:

«... Nous avons constaté que les méthodes modernes et non polyvalentes de thérapie réparatrice n'ont pas été étudiées en profondeur. Étant donné le nombre limité de recherches méthodologiquement fiables, nous ne pouvons pas conclure si les formes modernes de thérapie réparatrice sont efficaces ou non ... »(APA 2009, p. 43).

De quoi parlent essentiellement les experts APA? Le fait qu'ils n'aient pas trouvé de preuve claire que la thérapie réparatrice est inefficace. Ils ne disposent tout simplement pas de données précises pour tirer une telle conclusion, bien qu'ils aient fait tout leur possible pour réduire, autant que possible dans les limites de l'analyse scientifique, la signification méthodologique des études qui ne correspondent pas à l'interprétation négative de la thérapie réparatrice.3. En fin de compte, parmi les faits énumérés dans le même document APA, il n'y a que des preuves que la thérapie réparatrice - naturellement dans certaines conditions, dont la principale est le désir du patient de changer - est efficace. Activistes LGBT + - les mouvements tentent de relier l'attraction du même sexe à la biologie et à la génétique, arguant qu'il ne peut pas changer, mais cette position contredit les résultats de diverses études énumérées dans la déclaration de l'APA.

Considérez les citations d'un document APA:

«… HE Adams et Sturgis (1977) ont analysé sept études qu'ils ont classées comme contrôlées méthodologiquement et ont constaté que 34% des 179 personnes avaient une diminution de l'attraction homosexuelle…. Parmi les études qu'ils ont classées comme incontrôlables sur le plan méthodologique, ils ont constaté que 50% des 124 personnes avaient une diminution de l'attraction homosexuelle (p. 36)

- McConaghy (1976) a constaté qu'environ la moitié des hommes suivant l'un des quatre schémas thérapeutiques ont signalé une diminution de l'intérêt sexuel chez les hommes après les mois 6. La plupart des participants ont noté une diminution de l'intérêt sexuel chez les hommes immédiatement après le traitement (p. 3)

- McConaghy et Barr (1973) ont constaté qu'environ la moitié des hommes qui ont reçu une thérapie ont signalé une diminution de la pulsion homosexuelle (p. 38).

- Tanner (1975) a constaté qu'à la suite de la thérapie, le niveau d'érection homosexuelle réflexe diminuait en réponse aux stimuli visuels (p. 38).

- Birk et ses collègues (1971) ont constaté que 62% des hommes traités montraient une diminution de la pulsion homosexuelle (p. 38).

- McConaghy et ses collègues (1981) ont rapporté que 50% des répondants au traitement ont signalé une diminution du désir sexuel après 1 par an (p. 38).

- Dans une autre étude, SE Adams et Sturgis (1977) ont rapporté que 68% des participants à 47 ont rapporté une diminution de la pulsion homosexuelle (p. 37).

- McConaghy (1976) a constaté qu'un an après la thérapie, 25% des hommes arrêtaient complètement les actes homosexuels, chez 50% des hommes leur fréquence diminuait et 25% restait inchangé (p. 38).

- Dans une autre étude, McConaghy et Barr (1973) ont rapporté que 25% des hommes qui ont reçu une thérapie ont diminué leur activité homosexuelle après 1 un an (p. 38).

- Tanner (1975) a signalé une diminution significative de la pulsion homosexuelle à la suite du traitement (p. 38).

- Bancroft (1969) a noté que 4 des hommes traités par 10 a réduit l'activité homosexuelle pendant le suivi. Freeman et Meyer (1975) ont rapporté que 7 des hommes 9 dans leur étude s'est abstenu de l'activité homosexuelle 18 des mois après le traitement (p. 38).

- Selon d'autres publications avec des cas cliniques et des études de cas, il y a eu une diminution ou une disparition de l'activité homosexuelle chez les personnes suivant une thérapie (Gray 1970; Huff 1970; B. James 1962, 1963; Kendrick & McCullough 1972; Larson 1970; LoPiccolo 1971; Segal & Sims 1972 ) (p. 39) ... "(APA 2009).

Ainsi, même l'APA ne déclare pas dans sa conclusion que le traitement est inefficace. L'efficacité dans 30 - 50% est suffisamment significative pour n'importe quelle méthode de recherche, ne serait-ce que pour exclure la caractéristique d'une telle méthode comme étant «inutile».

En outre, NARTH a publié son propre rapport la même année, What Research Shows: NARTH's Response to the American Psychological Association (APA )'s Claims on Homosexuality.Phelan 2009b) Dans ce rapport, un examen des publications a été effectué sous la forme d'une description des cas cliniques tirés de la pratique, des essais contrôlés et des observations des cent dernières années.

Plus de publications en anglais 100 décrivant les résultats positifs de la thérapie de réorientation sont présentées dans le tableau ci-dessous.

Source

Type de thérapie

Résultat

Carl Jung
cité dans
 Fordham 1935

thérapie psychodynamique

décrit le traitement réussi d'un homme homosexuel

Gordon 1930

thérapie psychodynamique

décrit le traitement réussi d'un patient homosexuel

Stekel 1930

thérapie psychodynamique

décrit le traitement réussi de quatre patients homosexuels

Regardie xnumx

techniques d'hypnose

a noté l'efficacité des pratiques fondées sur la pratique

Londres 1950

thérapie psychodynamique

décrit le traitement réussi de deux hommes gais

Allen 1952

thérapie psychodynamique

décrit le traitement réussi de deux homosexuels, 
hommes et femmes

Poe 1952

thérapie d'adaptation

décrit le traitement réussi d'un homme homosexuel

Caprio xnumx

thérapie psychodynamique

décrit le traitement réussi des femmes homosexuelles: "beaucoup de mes anciennes patientes lesbiennes m'ont dit longtemps après le traitement ... qu'elles ne retourneraient jamais à un mode de vie homosexuel»(P. 299)

Eliasberg 1954

thérapie de groupe

décrit le traitement des hommes homosexuels 12, le succès a été obtenu dans les cas 5 (42%)

Bergler 1956

thérapie psychodynamique

décrit le traitement réussi des patients homosexuels 100, qui représentait 33% de tous les cas de thérapie

Eidelberg dans Lorand xnumx

thérapie psychodynamique

traitement réussi des patients 2 de 5 (40%)

Ellis 1956

thérapie psychodynamique

traitement efficace des patients 40 (18 12 )

Berg 1958

thérapie psychodynamique

traitement réussi des patients Xnumx

Hadn xnumx

thérapie de groupe

décrit le traitement des hommes homosexuels 3, le succès a été obtenu dans le cas 1 (33%)

Hadfield xnumx

thérapie psychodynamique

traitement réussi des patients Xnumx

Ross 1958

combinaison de
technicien

a noté l'efficacité des pratiques fondées sur la pratique

Robertiello 1959

thérapie psychodynamique

traitement réussi d'un patient homosexuel

Ellis 1959

thérapie comportementale

décrit le traitement réussi d'un homme homosexuel

Monroe 1960

thérapie psychodynamique avec technique d'association libre

traitement réussi des hommes homosexuels xnumx

Finny xnumx

combinaison de
technicien

a noté l'efficacité des pratiques fondées sur la pratique

Glover 1960

thérapie psychodynamique
dans les cas d'hormonothérapie 7

décrit le traitement des patients 113, succès obtenu dans 44%

Beukenkamp xnumx

thérapie psychodynamique individuelle et de groupe

décrit le traitement réussi d'un homme homosexuel

Stevenson xnumx

formation affirmée

décrit le traitement réussi des hommes gais xnumx

Bieber xnumx

thérapie psychodynamique

décrit le traitement des patients 106, succès obtenu dans 27%

Coates 1962

thérapie psychodynamique

décrit le traitement des patients 45; une amélioration (arrêt du comportement homosexuel) a été obtenue dans les cas 7 (16%)

Ovesey 1963

thérapie psychodynamique

décrit le traitement réussi des hommes homosexuels xnumx

Buki xnumx

combinaison
du technicien

a noté l'efficacité des pratiques fondées sur la pratique

Cappon 1965

thérapie psychodynamique

ont décrit le traitement des patients 150, le succès a été atteint chez 30% d'hommes, 50% de femmes et chez les patients bisexuels - 90%

Mayerson dans Marmor xnumx

thérapie psychodynamique

décrit le traitement des patients 19, le succès a été atteint dans 47% des cas

Mintz xnumx

thérapie psychodynamique

décrit le traitement des hommes homosexuels 10, le succès a été noté dans 3 (30%)

Mather xnumx

thérapie comportementale et
techniques aversives

décrit le traitement des patients 36, le succès a été obtenu dans les cas 25 (69%)

Hadn xnumx

thérapie de groupe

décrit le traitement des patients 32, succès obtenu dans 38%

Kaye xnumx, p. 633

thérapie psychodynamique

décrit le traitement des femmes homosexuelles 15, le succès a été atteint dans 8 (55%)

Alexander 1967

techniques d'hypnose

a noté l'efficacité des pratiques fondées sur la pratique

Roper xnumx

techniques d'hypnose

a noté l'efficacité des pratiques fondées sur la pratique

MacCulloch 1967

thérapie aversive

succès dans le traitement des hommes homosexuels xnumx

Kraft 1967

thérapie psychodynamique et
désensibilisation systémique

décrit le succès avec un homme homosexuel

Serban 1968

thérapie comportementale

décrit le succès chez les patients homosexuels Xnumx

Miller 1968

combinaison de
technicien

a noté l'efficacité des pratiques fondées sur la pratique

Ramsay xnumx

techniques de désensibilisation

décrit le succès avec un homme homosexuel

Freud 1968, p. 251

thérapie psychodynamique

succès dans le traitement des patients 2 à partir de 4 (50%)

Jacobi 1969

thérapie psychodynamique

décrit le traitement des patients 60, le succès a été noté dans 6 (10%)

Fookes 1969

thérapie aversive

décrit le succès du traitement de 60% de patients homosexuels

McConaghy 1969

thérapie aversive

décrit le succès avec un homme homosexuel

Lamberd 1969

thérapie psychodynamique

décrit le succès chez les patients homosexuels Xnumx

Bergin 1969

techniques de désensibilisation

décrit le succès avec un homme homosexuel

Ovesey 1969

thérapie psychodynamique

décrit le succès avec les hommes gais Xnumx

Wallace xnumx

thérapie psychodynamique

décrit le succès avec un homme homosexuel

Larson 1970

thérapie comportementale

décrit l'efficacité de la méthode selon leur pratique, mais n'a pas donné de chiffres exacts

Birk xnumx, p. 37

thérapie de groupe

décrit le traitement des patients 26, le succès a été obtenu dans les cas 9 (35%)

Huff xnumx

techniques de désensibilisation

décrit le succès avec un homme homosexuel

Bancroft à Burns xnumx

méthodes de désensibilisation

décrit le traitement des patients 15, le succès a été obtenu dans les cas 5 (33%)

Kraft 1970

thérapie psychodynamique et
désensibilisation systémique

décrit le succès avec un homme homosexuel

McConaghy 1970

thérapie aversive

décrit le succès avec un homme homosexuel

Mandel xnumx

techniques de désensibilisation

décrit l'efficacité d'une méthode basée sur la pratique

Chapelier xnumx

thérapie comportementale

décrit le traitement des patients 149, le succès a été obtenu dans les cas 49 (34%)

Cautela 1971

thérapie comportementale

succès décrit dans 37% des cas

Bieber dans Kaplan 1971

thérapie de groupe

succès décrit dans 40% des cas 

Truax 1971

thérapie de groupe

a noté l'efficacité de la méthode par rapport au groupe témoin

Hadn xnumx

thérapie de groupe

succès décrit dans 30% des cas

Birk xnumx

thérapie comportementale

succès décrit dans xnumx%

Pittman xnumx

thérapie de groupe

décrit le traitement des patients 6, le succès a été obtenu dans les cas 2 (33%)

Feldman xnumx, p. 156

thérapie comportementale

décrit le traitement des hommes homosexuels 63, le succès a été atteint dans 29% des cas

Van den Aardweg 1971

thérapie comportementale

décrit le traitement des patients 20, le succès a été obtenu dans les cas 9 (42%)

Shealy xnumx

thérapie comportementale

décrit le succès avec un homme homosexuel

Kendrick xnumx

techniques de désensibilisation

décrit l'efficacité d'une méthode basée sur la pratique

Segal 1972

techniques de désensibilisation

décrit l'efficacité d'une méthode basée sur la pratique

McConaghy 1972

thérapie aversive

décrit le succès avec un homme homosexuel

Barlow xnumx

thérapie comportementale, thérapie implosive

succès décrit dans xnumx%

McConaghy 1973

réflexe équipement

succès décrit dans xnumx%

Maletzky 1973

thérapie comportementale

décrit le traitement des hommes homosexuels 10, le succès a été atteint dans 90% des cas

Herman 1974

techniques réflexes

décrit le traitement des hommes homosexuels 3, le succès a été atteint dans 33% des cas

Birk xnumx, p. 41

thérapie de groupe

décrit le traitement des patients 66, le succès a été atteint dans 52% des cas

Bancroft xnumx

thérapie comportementale

succès décrit dans xnumx%

Cantón-Dutari 1974

techniques de désensibilisation, thérapie aversive

décrit le traitement des patients 54, le succès a été obtenu dans les cas 48 (89%)

Orwin 1974

thérapie aversive

décrit le succès avec un homme homosexuel

Tanner xnumx

thérapie aversive

décrit l'efficacité de la méthode chez les hommes gais 8

Freeman 1975

thérapie comportementale

succès décrit dans xnumx%

McConaghy 1975

thérapie aversive

décrit le succès avec un homme homosexuel

Cantón-Dutari 1976

techniques de désensibilisation, thérapie aversive

décrit le traitement complet réussi dans 11 des cas 22 d'hommes homosexuels (50%)

Callahan dans Krumboltz 1976

techniques de désensibilisation

décrit le succès avec un homme homosexuel

Phillips 1976

techniques de désensibilisation systémique

décrit le succès avec un homme homosexuel

Socarides 1978, p. 406

thérapie psychodynamique

décrit le traitement des patients 44, le succès a été atteint dans 20 (45%)

James 1978

techniques de désensibilisation systémique

décrit le succès avec un homme homosexuel

Bieber xnumx, p. Xnumx

thérapie psychodynamique

décrit le traitement de plus de 1000 patients homosexuels; le succès du traitement variait de 30% à 50%

Birk in Marmor xnumx

thérapie de groupe

décrit le traitement des hommes homosexuels 14, le succès a été obtenu dans les cas 10 (71%) 

Pradhan xnumx

thérapie comportementale

décrit le traitement des hommes homosexuels 13, efficacité observée dans 8 (61%)

Cafiso 1983

techniques d'hypnose

décrit le succès avec un homme homosexuel

Van den Aardweg 1986a1986b

thérapie cognitive

décrit le traitement du patient 101, le succès a été noté dans 30%, l'amélioration - dans 60%

Siegel 1988

thérapie psychodynamique

décrit le traitement des femmes homosexuelles 12, le succès est noté dans 50%

Berger 1994, p. 255

thérapie psychodynamique

décrit le succès chez les patients homosexuels Xnumx

Consiglio 1993

soins pastoraux

décrit une transition complète vers une activité hétérosexuelle dans 85%

MacIntosh 1994

thérapie psychodynamique

analyse des cas de traitement 1215 pour les patients homosexuels, un succès a été observé dans 23%, et dans 84% des effets significatifs significatifs du traitement ont été notés

Schaeffer xnumx

soins pastoraux

décrivent que dans le groupe de participants 140, dans 29%, une transition complète vers une activité hétérosexuelle a été notée

Nicolosi 2000

thérapie psychodynamique, pastorale, formation

ont décrit que dans le groupe de patients 882 (hommes 689 et femmes 193) dans 34,3% des cas, une transition complète vers une activité hétérosexuelle exclusivement ou presque exclusivement a été notée. Avant la thérapie, 67% indiquait exclusivement une attraction homosexuelle; après la thérapie, 12,8%.

Shidlo 2002

thérapie psychodynamique

les auteurs ont initialement fixé l'objectif de l'étude pour détecter les dommages de la thérapie réparatrice. Par exemple, des annonces pour trouver des membres ont été placées dans des magazines homosexuels sous le titre "Aidez-nous à documenter le préjudice! " Les auteurs ont décrit un groupe de patients 202 (hommes 182 et femmes 20), dont 12,9% considérait la transition vers une activité hétérosexuelle réussie.

Spitzer 2003

thérapie psychodynamique, soins pastoraux

ont étudié un groupe de patients 200 (hommes 143 et femmes 57) qui ont subi une thérapie réparatrice et ont considéré ses résultats comme réussis. Tous les répondants ont noté la présence d'attraction hétérosexuelle, chez 17% des hommes et 54% des femmes, cette attraction était exceptionnelle. Avant la thérapie 46,% des hommes et 42% des femmes ont indiqué une attraction exclusivement homosexuelle, après la thérapie - 0%.

Cartes 2006, non publié dans une source à comité de lecture

thérapie psychodynamique

ont étudié un groupe d'hommes 117 sous traitement réparateur. Une diminution significative de l'attraction homosexuelle de 4,81 à 2,57 sur l'échelle de Kinsey a été notée

Cummings 2007, non publié dans une source à comité de lecture

thérapie psychodynamique

prenant la parole à la conférence NARTH rapporté dans 2005 que dans 1959 - 1979 Les homosexuels de 18000 se sont tournés vers sa clinique avec divers problèmes, dont approximativement 1 600 visait à changer leur orientation sexuelle. Pendant le traitement, de nombreux patients ont subi des changements positifs dans la psyché, à la suite de quoi 2400 est devenu hétérosexuel.

Jones 2007

soins pastoraux

ont décrit que dans le groupe de participants 73 à 15%, une diminution significative de la pulsion homosexuelle et une augmentation significative de la pulsion hétérosexuelle ont été notées

Phelan 2017

thérapie psychodynamique

a décrit un groupe d'hommes 30, dans lequel un an après la fin du traitement, il a été noté: attraction sexuelle exclusivement vers le sexe opposé - 23% (0% avant traitement), principalement vers le sexe opposé - 17% (0% avant traitement), dans laquelle alors le degré du sexe opposé est 10% (0% avant traitement).

En résumant les preuves disponibles à ce jour, nous pouvons dire qu'en moyenne un tiers des personnes participant à une thérapie réparatrice psychodynamique signalent une disparition complète de l'attraction homosexuelle et la formation d'une attirance pour le sexe opposé, un tiers - un changement significatif vers l'attraction hétérosexuelle et une amélioration globale du bien-être psychologique et fonctionnement social, et un troisième fait état d'un manque de résultats. Le facteur le plus important dans la réussite de la thérapie réparatrice est le désir du patient, la conscience des raisons de son attirance pour son propre sexe et les besoins émotionnels sous-jacents.

Les institutions médicales occidentales qui s'opposent à la thérapie de l'attraction homosexuelle non désirée sous prétexte qu'elle est «potentiellement nuisible» trompent en fait le public sans lui expliquer que: 

(1) tous les services psychiatriques pour tous les problèmes personnels et interpersonnels peuvent être nuisibles; 
(2) La science responsable n'a pas encore montré si le risque de préjudice dans le traitement d'une pulsion de même sexe indésirable est plus, le même ou moins que le risque de toute autre psychothérapie. (Sutton 2015

Recherche montrerqu'environ 5 - 10% des patients soumis à un traitement psychothérapeutique peuvent ressentir un «effet négatif» - c'est-à-dire une aggravation de leur état. Les facteurs contre-thérapeutiques comprennent la faible qualité des relations interpersonnelles, la faible tolérance à l'anxiété, la faible motivation, etc.

Élimination spontanée de l'attirance homosexuelle

De retour dans l'année 1916, Freud dans son essai «Leonardo da Vinci: une étude psychosexuelle d'une réminiscence infantile» a noté:

"... En observant directement des cas individuels, nous avons pu démontrer qu'un homme qui semble capable de répondre uniquement aux stimuli masculins répond en fait aux stimuli féminins, comme tout individu normal, mais à chaque fois qu'il attribue son excitation à l'objet masculin ..." (Freud 1916, III: 14).

Cette observation est appuyée par la recherche moderne (Storms 1980, Tolman et Diamond 2014)

Au cours de l'année 1992, Shechter a décrit un cas de transition spontanée d'une activité homosexuelle à une relation hétérosexuelle chez un homme qui a suivi un traitement psychanalytique avec elle, mais pas en ce qui concerne le VGN, mais pour une autre raison (Shechter 1992) L'homme a interrompu les relations avec son partenaire homosexuel, arrêté l'activité homosexuelle, il a développé des fantasmes sexuels avec les femmes. Après avoir commencé une relation sexuelle avec une femme, il a décrit son état avec les mots:

«… Je ne peux pas m'arracher à elle et elle adore ça! ... Quelqu'un, comme moi, peut-il devenir soudainement hétérosexuel? ... "(Shechter 1992, p. 200).

Les chercheurs Michael et ses collègues de l'année 1994, sur la base des résultats d'une analyse d'une grande étude, ont constaté que chez certaines personnes, une attraction homosexuelle peut, bien sûr, sans recourir à une thérapie réparatrice, devenir hétérosexuelle (Michael 1994).

Une chercheuse en psychologie de l'âge, membre du comité d'experts de l'APA, la professeure Lisa Diamond, qui ne cache pas ses préférences homosexuelles, a résumé les résultats de ses nombreuses années de travail dans une interview avec New Scientist:

"La sexualité est variable ... nous devons accepter le fait que la sexualité peut changer" (Grossman xnumx)

Dans un article du Journal of Sex Research, Diamond résume la recherche scientifique, selon laquelle 26 - 45% des hommes et 46 - 64% des femmes signalent un changement dans la libido au cours de la période de temps (de 3 à 10 ans), dont la plupart signaler un changement, a signalé un changement vers l'hétérosexualité. (Diamant 2016).

Il convient de noter que contrairement aux déclarations des propagandistes LGBT, la nature du désir sexuel peut changer à la fois hétérosexuelle et homosexuelle. Cas d'individus hétérosexuels devenant homosexuels en raison d'extrêmes dépravation et la satiété avec des relations sexuelles normales (Krafft-Ebing 1909), avec une inaccessibilité prolongée d'un partenaire du sexe opposé, ainsi qu'une conséquence de la séduction (Meijer 1993) Des faits biologiques objectifs indiquent sans aucun doute que les corps de tous les êtres vivants ayant des rapports sexuels sont destinés à des relations hétérosexuelles. Néanmoins, certains mammifères supérieurs, dont les humains, ont le potentiel d'accomplir des actes sexuels dans certaines situations qui dépassent le cadre de l'hétéronormativité naturelle, non seulement avec leur sexe, mais aussi avec tout objet sexuel en général. Des études indiquent que la nature et l'intensité des fantasmes érotiques d'un individu déterminent en grande partie son orientation sexuelle (Argent et Tucker 1975, Storms 1980)

Cependant, des études ont montré que l'attraction hétérosexuelle est plus stable au moins 25 fois que l'homosexuel. Les chercheurs Savin-Williams et Ream ont effectué des observations de cohorte à long terme sur des adolescents à partir de l'âge de 17 ans et évalué comment les caractéristiques du développement sexuel changent. Ils ont constaté que dans 75% des adolescents qui manifestaient un intérêt homosexuel de quelque degré que ce soit dans la période d'âge des années 17-21, une attraction exclusivement hétérosexuelle s'est ensuite développée, tandis que 98% des adolescents manifestant une attraction hétérosexuelle sont restés dans le futur (Savin-Williams 2007).

Whitehead et Whitehead (2007) ont terminé un examen détaillé des études de Savin-Williams et Ream (2007), Michael et ses collègues (1994), et d'autres, et ont conclu que, dans certains cas, l'intérêt homosexuel devient hétérosexuel sans aucun impact (Whitehead 2007)

Dans une étude réalisée par Ott et ses collègues (2011) à la suite d'une analyse d'un groupe d'adolescents 13 840, il a été constaté que 66% de ceux qui se disent «pas sûrs» de leurs préférences sexuelles deviennent par la suite exclusivement hétérosexuels (Ott xnumx).

De plus, une analyse des cas de transition spontanée d'une activité homosexuelle à une activité hétérosexuelle, disponible dans la littérature journalistique, a été réalisée dans 2007 à Sorba (Sorba xnumx, pages 61 - 73).

Traiter les spécialistes et les histoires de guérison réussie pour les VGN

1956 est un psychiatre exceptionnel de son temps Edmund Bergler a écrit ce qui suit:

«Il y a 10 ans, le mieux que la science pouvait offrir était la réconciliation de l'homosexuel avec son« destin », c'est-à-dire l'élimination des sentiments conscients de culpabilité. Des expériences et des recherches psychiatriques récentes ont prouvé sans équivoque que le sort supposé irréversible des homosexuels (parfois même attribué à des conditions biologiques et hormonales inexistantes) est en fait une subdivision de la névrose thérapeutiquement modifiable. Le pessimisme thérapeutique du passé disparaît progressivement: aujourd'hui, la psychothérapie psychanalytique peut guérir l'homosexualité »... Peut-on guérir chaque homosexuel? - Non. Certaines conditions préalables sont nécessaires, et surtout, le désir d'un homosexuel de changer ...

À première vue, ce trouble sexuel est invariablement associé à une autodestruction subconsciente grave, qui se manifeste inévitablement en dehors de la sphère sexuelle, car elle couvre toute la personnalité. Le véritable ennemi d'un homosexuel n'est pas sa perversion, mais son ignorance qu'il peut être aidé, plus son masochisme mental, ce qui lui fait éviter les traitements. Cette ignorance est artificiellement soutenue par les chefs homosexuels ... »(Bergler 1956).

Edmund Bergler. Source: edmundbergler.ca

Le professeur de psychiatrie Nikolaï Vladimirovitch Ivanov (1907 - 1976), l'un des fondateurs de la sexopathologie domestique, a identifié trois facteurs importants pour le succès du traitement de l'attraction homosexuelle: (1) l'attitude du patient - résiste-t-il à l'attraction, est-il alourdi par son attrait, est-il conscient de son insuffisance, Prévoit-il des conséquences sociales en cas de concession à l'attraction? (2) la présence de l’expérience homosexuelle du patient - cette circonstance a été considérée par N. V. Ivanov comme décisive. Si le patient est un jeune homme ou une jeune fille, et l'attraction homosexuelle est toujours un rêve et une amitié douce - une psychothérapie systématique urgente est nécessaire, ce qui sera très prometteur, conduisant à une restructuration complète de l'attraction sur une orientation hétérosexuelle; (3) un groupe d'autres facteurs internes et externes influençant le patient - la conscience du patient du moment de l'inversion (par exemple, une impression sexuelle très forte sans aucune condition préalable à l'homosexualité avant le début de la puberté, c'est-à-dire une fixation sur le sexe); a exprimé la crise mentale d'une personne vivant dans un partenariat homosexuel ou ayant une expérience homosexuelle, la présence d'attraction hétérosexuelle simultanée, etc. (Ivanov 1966, p. 134).

Le professeur Ivanov considérait l'inversion «constitutionnelle» ou comportementale comme des facteurs empêchant la thérapie réparatrice (mais ici, de l'avis du psychiatre, il n'est pas nécessaire de refuser le traitement); l'espoir d'une «pilule» (pour un miracle); scepticisme du patient (c'est-à-dire, en fait, refus actif de changer).

Professeur N.V. Ivanov

Dans tous ces cas, Ivanov suggérerait au patient de mieux «refuser ouvertement le traitement, citant le fait qu'il n'a pas un besoin interne de devenir différent, suggérant que le patient retourne chez le médecin lorsque la vie elle-même soulève brusquement et menaçante la douloureuse question de l'impossibilité de poursuivre existence avec perversion, quand avec l'être tout entier il veut se débarrasser de sa maladie »(Ivanov 1966, p. 134).

L’étudiant d’Ivanov, le Dr Yan Genrikhovich Goland, a appliqué les idées du professeur au développement d’une méthode efficace et cohérente de traitement de l’attraction homosexuelle, qu’il utilise avec succès à ce jour. La thérapie consiste à trois étapes:
1) la création d'un vide sexo-psychologique dans lequel se développe une attitude indifférente envers les personnes de leur sexe;
2) la formation de la perception esthétique d'une femme et son attirance pour elle.
3) relations intimes avec une femme, consolidation de l'orientation hétérosexuelle.
Goland n'accepte de traitement que les homosexuels qui manifestent un désir sincère de se débarrasser de leur intérêt homosexuel, et rapports sur le succès thérapeutique approchant 100%.

Le chercheur américain Jeffrey Satinover est d'accord avec ces données, selon lesquelles, dans un groupe soigneusement sélectionné d'individus très motivés, le niveau de thérapie réparatrice réussie est proche de 100%, tandis que dans un échantillon arbitraire, le résultat positif est d'environ 50% (Satinover xnumx, p. 51).

Psychiatre américain Joseph Nicolosi (1947 - 2017) a développé une méthode efficace de thérapie réparatrice, basée sur le concept que l'attraction homosexuelle est le résultat du soi-disant «manque d'identité de genre» causé par l'exclusion du sexe, le manque de soutien des parents et des pairs dans la formation de l'identité de genre, ainsi que la promotion active de la sexualité l'expérimentation par la société (Nicolosi 1991, 1993, 2009) Nicolosi a également publié un certain nombre d'articles scientifiques dans des publications à comité de lecture.4.

Dr Joseph Nicolosi.
Source:
josephnicolosi.com

La psychologue espagnole Elena Lorenzo Rego5 aider avec succès les jeunes homosexuels en quête d'aide. Dans sa pratique, il existe déjà un nombre important de cas de rupture de vie homosexuelle et de transition vers des relations avec le sexe opposé (Portaluz 2014).

Dr. Elena Lorenzo Rego.
Source: elenalorenzo.com

L'un des spécialistes éminents russophones du traitement des VGN en Europe de l'Est est le psychiatre et sexologue de Kiev, le professeur Garnik Surenovich Kocharyan.

Professeur Garnik Surenovich Kocharyan

Au fil des ans, les révélations de nombreuses personnes qui ont réussi à abandonner leur mode de vie homosexuel et à former une attraction hétérosexuelle ont été publiées. Par exemple, W. Aaron a écrit dans son essai autobiographique:

"... Pendant 20 ans j'étais homosexuel (...) aujourd'hui, plusieurs années plus tard (...) je mène la vie d'un hétérosexuel et j'en profite ..." (Aaron 1972, p. 14).

Quelques autres exemples sont présentés dans les travaux. Rekers (1995), Digne (1984), Konrad (1987), Comiskey (1988), Judkins (1993). Breedlove (1994), Strong (1994), Davies (1993), Goldberg (2008), Pabon (2015), Baley (xnumx), Glatze (2007). À propos d'exemples autobiographiques 100 de rejet réussi de l'homosexualité sont donnés dans le livre Voices of Hope: Latter-day Saint Perspectives on Same-Gender Attraction - An Anthology of Gospel Teachings and Personal Essays (2011) (Mansfield xnumx).

De nombreuses preuves et révélations ont été recueillies sur les sites de communautés qui unissent des personnes qui réussissent à se débarrasser de l'attirance homosexuelle et d'un mode de vie homosexuel, par exemple, «Changé","Voix du changement","Voix d'espoir"Et"Voix des sans voix».

Mythes sur la thérapie aversive

Depuis ͟Е͟а͟л͟ь͟н͟ы͟е͟ ͟ф͟о͟т͟о͟г͟р͟а͟ф͟и͟и de la thérapie aversive n'est pas si dramatique, les propagandistes LGBT lui donnent souvent des photos des films A Clockwork Orange, Flight Over the Cuckoo's Nest, ou des photos de la thérapie par électrochocs

Dans «LGBT +» - la rhétorique visant à discréditer la thérapie de réadaptation, le mythe selon lequel, auparavant, jusqu'aux 1970, les homosexuels étaient traités exclusivement en faisant passer un courant électrique dans le cerveau, tient une place de choix. Vous pouvez souvent entendre des boussoles et des sympathies visant à provoquer la compassion parmi les habitants ignorants de l'histoire, comme avant que des personnes ayant un désir homosexuel soient jetées de force presque sur une chaise électrique.

C'est un mensonge. Il est conçu pour intimider et démotiver les homosexuels qui essaient de trouver une occasion de se débarrasser des VGN. Le rapport ci-dessus (Phelan 2009b) montre de manière convaincante que les hommes et les femmes intéressés à éliminer les NVH ont atteint leur objectif avec succès sans «faire passer de courant électrique dans le cerveau». Dans les 1970, c'était un fait scientifique bien connu, dont la presse centrale a librement parlé.

Par exemple, un article du journal The New York Times de l'année 1971 intitulé «Plus d'homosexuels aidés à devenir hétérosexuels» parle d'une variété de méthodes de thérapie - psychodynamique, thérapie de groupe, méthode combinée, etc.:

«… En utilisant une gamme d'approches psychologiques, les thérapeutes ont constaté que les jeunes homosexuels déterminés à changer d'orientation sexuelle ont d'excellentes chances de succès. De plus, les thérapeutes rapportent qu'ils ont aidé 25 à 50% de leurs patients homosexuels à obtenir une correction hétérosexuelle, quel que soit leur âge ou leur motivation initiale (...) Les approches de traitement vont de la thérapie psychanalytique traditionnelle à la psychothérapie ciblée, la thérapie de groupe, la thérapie comportementale et toute combinaison de celles-ci. (…) [Dr Lawrence] Hatterer essaie d'aider ses patients à comprendre les origines de leur comportement homosexuel en examinant les relations familiales et les expériences de l'enfance. En même temps, il essaie de changer le comportement homosexuel en travaillant avec ses patients pour identifier et éviter les aspects de la vie qui provoquent des épisodes homosexuels, et les remplacer par des stimuli et des relations hétérosexuels. Il peut, par exemple, suggérer au patient de s'abstenir de se rendre dans les bars gays et d'aller dans des bars ordinaires à la place, ou de remplacer la pornographie homosexuelle et les images d'hommes par des images de femmes.

Le médecin a déclaré qu'un patient de 30 avait effectué une correction hétérosexuelle complète en trois mois de traitement. Un homme sans la moindre expérience hétérosexuelle a commencé une thérapie au bord du suicide, après s'être séparé de l'homme avec qui il a vécu pendant deux ans. «Après seulement neuf séances de 45 minutes et 27 écoutant les enregistrements, l'homme a été engagé et a maintenu une relation sexuelle réussie avec sa fiancée plusieurs fois par semaine», explique le Dr Hatterer.

L'aspect le plus important du traitement est d'informer le patient qu'il est possible de résoudre son problème d'une manière ou d'une autre.

À l'Institut de thérapie comportementale de l'Université Temple, le Dr Joseph Walp et ses collègues tentent de traiter les homosexuels exclusivement en modifiant leurs réactions en utilisant des méthodes comportementales.

Leur «attaque à trois» affecte la peur des homosexuels du contact physique avec les femmes, leur attirance pour les hommes et leurs peurs interpersonnelles générales. Par exemple, pour éliminer les craintes concernant les femmes, le patient entre dans un état de relaxation profonde puis présente les femmes. Afin d'effacer leur intérêt sexuel pour les hommes, les patients sont également soumis à des stress «aversifs» tels que de légers chocs électriques tout en affichant des images d'hommes nus ... "(Broody xnumx).

Alors, le voici - une mention du courant électrique! Que s'est-il vraiment passé?

En médecine, il existe vraiment une méthode de traitement telle que le passage d'un courant électrique à travers le cerveau du patient pendant 0.1 à 1 secondes - il s'agit de la thérapie électroconvulsive (ECT). Cette méthode a été proposée dans 1938 pour le traitement des troubles schizophréniques sévères (Wilson 2017) L'ECT est encore utilisé aujourd'hui pour traiter divers troubles psychiatriques dans lesquels d'autres types de thérapie n'ont pas l'effet souhaité. Comme indiqué dans une revue de la revue à comité de lecture Clinical Psychopharmacology and Neuroscience:

«... La thérapie électroconvulsive est une méthode éprouvée pour traiter diverses maladies psychiatriques. Au fil des décennies, la méthode ECT a reçu un certain nombre d'améliorations. Malgré de nombreuses critiques, l'ECT ​​est toujours couramment utilisé dans la pratique clinique ... »(Singh et Kumar Kann 2017).

Conduite d'ECT à l'hôpital Hillside, vers
1955 de l'année. Source: GettyImages

Actuellement, environ 1 millions de patients recourent chaque année à la thérapie électroconvulsive pour traiter diverses maladies psychiatriques et neurologiques, généralement la dépression sévère, la catatonie et le syndrome maniaque. Comme l'écrit la BBC Psychology:

"... La thérapie électroconvulsive aide les patients dans 80% des cas - mais la stigmatisation associée à cette méthode suggère que l'ECT ​​n'aide pas toutes les personnes qu'elle pourrait aider ..." (Riley 2018)

ECT en Grande-Bretagne, année 2013. Source: BBC / Newsnight

Bien sûr, il y a un débat houleux sur l'efficacité, la sécurité et l'éthique d'ECT. Mais ils ne sont pas pertinents pour le sujet - L'ECT n'a jamais été officiellement utilisé dans la thérapie de l'homosexualité.

Des images terribles de convulsions angoissantes de personnes battant des décharges électriques et des références au personnage de Jack Nicholson dans le film "Survol du nid de coucou" de l'année 1975, qui regorgent de ressources de "LGBT +" - mouvements sur le thème du traitement - n'ont rien à voir avec le problème.

Agitation visuelle avec des ressources homosexuelles.

Les décharges électriques légères décrites dans l'article ci-dessus dans le New York Times se rapportent à la méthode de thérapie aversive. La thérapie d'aversion n'est pas une thérapie électroconvulsive. Avec la thérapie aversive, le courant électrique ne traverse pas le cerveau du patient.

La thérapie aversive, basée sur le conditionnement classique de Pavlov, est engagée dans la formation d'une aversion pour les stimuli indésirables au niveau du réflexe conditionné. Cette méthode a été utilisée pour se débarrasser volontairement des dépendances, des phobies, de l'agressivité, des troubles sexuels et même des spasmes (McGuire et Vallance 1964) Ceci est réalisé en associant un irritant indésirable (cigarettes, fantasmes sexuels, pornographie, etc.) à des sensations désagréables (douleur, nausée, peur, etc.). Le courant électrique est produit par un appareil fonctionnant sur une batterie 9-volt, où le patient lui-même définit un niveau de décharge qui lui est tolérable, qui est délivré par l'électrode du brassard aux biceps ou au bas de la jambe (en aucun cas à la région génitale).

Thérapie opposée pour un patient homosexuel.
L'électrode sur le bas de la jambe. Source: Bernie Cleff

C'est cette méthode de thérapie aversive qui a été utilisée avec le consentement des patients pour se débarrasser du VHB. Au cours des années 70, la thérapie comportementale avait gagné en popularité et les pistolets paralysants aversifs étaient vendus même pour un usage domestique.

choc électrique
Prospectus pour un dispositif sur la thérapie aversive à domicile autogérée, Farral Instruments
(cliquez pour agrandir)

À de rares exceptions près, la thérapie aversive à l'aide du courant électrique n'est pas utilisée aujourd'hui dans le traitement du NGV en raison d'un certain nombre d'inconvénients associés à l'instabilité de l'effet. La thérapie aversive fait référence à la thérapie comportementale qui, comme son nom l'indique, ne traite que du comportement - c.-à-d. symptômes externes du problème. En résolvant des problèmes basés sur des facteurs psychologiques sous-jacents (comme dans l'homosexualité), son efficacité est peu susceptible d'être à long terme, car le travail ne vise pas à éradiquer la cause sous-jacente, mais à supprimer ses manifestations visibles. Les réflexes conditionnés apparaissent dans certaines conditions et disparaissent en leur absence. Ainsi, pour maintenir une aversion réflexe conditionnée constante à un stimulus particulier, un renforcement régulier du premier est nécessaire. En l'absence de renforcement systématique, l'extinction du réflexe conditionné sera prévisible. Ainsi, l'étude 1968 de l'année a montré qu'en raison du traitement aversif des déviations sexuelles, l'amélioration s'est produite dans 23 des cas 40 (57%), mais lors de la vérification un an plus tard, il s'est avéré que le plein succès n'était préservé que dans les cas 6 (15%) (Bancroft et Marks 1968) Les taux d'amélioration pour les travestis, les fétichistes et les sadomasochistes étaient élevés, les résultats étaient moins impressionnants pour les homosexuels et très faibles pour les transgenres. À titre de comparaison, les patients qui ont terminé le cours de thérapie pshododynamique sont restés exclusivement hétérosexuels et vingt ans plus tard (Bieber et Bieber 1979, p. 416).

La thérapie aversive fait partie des normes de traitement fédérales et est utilisée pour traiter un certain nombre de problèmes. Les experts conviennent que l'utilisation de la thérapie aversive est possible et parfois même nécessaire, mais afin d'obtenir les meilleurs résultats et les plus stables, il est souhaitable qu'elle soit réalisée en association avec d'autres méthodes psychothérapeutiques.

Il convient de noter que les militants du mouvement «LGBT +», exigeant d'interdire toutes les méthodes de traitement de l'attraction homosexuelle indésirable, font référence aux «horreurs et tortures» qui auraient été subies par des individus qui auraient subi une telle thérapie. Par exemple, lors des audiences sur l'interdiction de la thérapie réparatrice dans un tribunal américain de 2013, le témoignage de Briel Goldani (un homme qui a subi une procédure médicale et juridique pour changer en femme) a été entendu. Selon ces témoignages, à l'âge de 13 ans (année 1997), ses parents l'ont envoyé de force dans un «camp correctionnel homosexuel chrétien» appelé «True Directions» en Ohio, où les enfants ont été forcés d'assister à des services religieux haineux et de se masturber sur des images hétérosexuelles , ils ont reçu des préparations émétiques intraveineuses et des électrodes avec du courant ont été appliquées à leurs mains pendant deux heures. Cela semble vraiment horrible et choquant: «Christian gay camp».

Cependant, à la suite d'un contrôle approfondi, aucune preuve à l'appui du présumé Goldani n'a été trouvée, aucun des autres enfants prétendument soignés dans le camp ne s'est présenté, le contrôle du procureur n'a pas confirmé l'existence d'un tel camp. Le seul endroit où existait un "camp de réclamation gay" appelé "True Directions" était ... un film hollywoodien de 1999, réalisé par une réalisatrice lesbienne, mettant en vedette le célèbre travesti RuPaul (Doyle 2013; Sprigg 2014) Naturellement, aucune accusation n'a été portée contre le parjure de Goldany.

Un autre exemple très similaire est lié à l'homosexuel Samuel Brinton, qui a accusé ses propres parents de «le battre pour homosexualité» lorsqu'il était enfant, et l'a également envoyé dans un camp «correctionnel» similaire, où il a été «injecté de fines aiguilles sous les ongles, à travers lesquelles passé un courant électrique, appliqué de la glace et des réchauffeurs chauds aux organes génitaux tout en regardant des images homosexuelles. " Donnant des interviews (payées) pour des interviews, Brinton est devenu de plus en plus enflammé et les détails de la torture inhumaine sont devenus de plus en plus terribles. Néanmoins, une vérification de ses paroles, même de la part d'autres militants «LGBT +», n'a révélé rien qui pourrait confirmer ce qu'il a dit - au contraire, de nombreux faits contradictoires et franchement faux ont été découverts (Sprigg 2014).

Ce mensonge impudent vise à intimider et à démotiver les homosexuels qui commencent à chercher des moyens de se débarrasser de leur attirance pour le même sexe, ce qui les empêche de mener une vie bien remplie (et ils sont nombreux). Ce mensonge peut être mortel: presque tous les anciens homosexuels rapportent que leurs pensées suicidaires ne sont pas dues à l'hostilité de l'environnement, mais à leur propre haine de soi et à leurs sentiments désespoirparce qu'ils étaient convaincus qu'ils n'avaient aucun moyen de changer.

Le fait que des personnes motivées puissent rompre définitivement avec l'homosexualité et devenir hétérosexuel sape le cœur même de la rhétorique gay, qui prétend que l'homosexualité est une propriété innée et immuable, comme la race, et que les militants LGBT ne dédaignent donc pas les fables les plus absurdes.

"Edmund Berger" est une allusion à Edmund Bergler dont les auteurs n'ont pas osé utiliser le nom pour éviter des poursuites pour diffamation.

notes

1 Français: «efforts pour changer l'orientation sexuelle» - «efforts pour changer l'orientation sexuelle»

2 Anciennement National Association for Research and Therapy of Homosexuality (NARTH)

3 par exemple, applique les critères d'efficacité les plus stricts, ignore les cas cliniques individuels de thérapie efficace, mais prend en compte les cas similaires de résultat négatif, etc.

4 https://www.josephnicolosi.com/published-papers/

Xnumx Elena Lorenzo Rego


Information additionnelle

Des informations et des détails supplémentaires peuvent être trouvés dans les sources suivantes:

  1. https://www.voicesofthesilenced.com/#WitnessesPhelan JE, et al. Ce que la recherche montre: la réponse de NARTH aux allégations de l'APA sur l'homosexualité Un rapport du comité scientifiquea Association nationale pour la recherche et la thérapie de l'homosexualité. Journal de la sexualité humaine. 2009b; Volume 1.
  2. Byrd AD, Phelan JE Faits et mythes sur les techniques d'aversion précoce dans le traitement des attractions homosexuelles indésirables. Alliance pour le choix thérapeutique et l'intégrité scientifique, 2005.
  3. Le site des thérapeutes hétéroaffirmatifs: https://iftcc.org/
  4. Le site des personnes attirées par le même sexe, qui ont réussi à changer: https://changedmovement.com/
  5. Preuve de changements: https://www.voicesofthesilenced.com/#Witnesses

Sources bibliographiques

  1. Goland Ya. G. Sur la construction graduelle de la psychothérapie pour l'homosexualité masculine // Problèmes de la sexopathologie moderne (collection d'ouvrages). - M.: Institut de recherche en psychiatrie de Moscou, 1972. - 509 sec. - S. 473 - 486.
  2. Goland Ya. G. Les principales étapes du processus de psychothérapie des perversions sexuelles // Résumés des rapports d'une conférence sur la psychothérapie. Rempl. éd. Banshchikov V.M., Rozhnov V.E. - M.: 1973. - 204 sec. - S. 181 - 184.
  3. Ivanov N.V. Problèmes de psychothérapie des troubles sexuels fonctionnels. - M.: Maison d'édition "Medicine", 1966. - 152 sec.
  4. Aaron, W. (1972). Hétéro: Un hétérosexuel parle de son passé homosexuel. Garden City, NY: Doubleday.
  5. Alexander, L. (1967). Psychothérapie des déviations sexuelles à l'aide de l'hypnose. Journal américain d'hypnose clinique, 9 (3), 181 - 183
  6. Allen, C. (1952). Sur la guérison de l'homosexualité II. Journal international de sexologie, 5, 139 - 141.
  7. APA (2009). Groupe de travail de l'American Psychological Association. Rapport du Groupe de travail sur les réponses thérapeutiques appropriées à l'orientation sexuelle. Washington, DC: Association américaine de psychologie
  8. Bancroft, J. (1970). Une étude de l'aversion et de la désensibilisation comparative dans le traitement de l'homosexualité. Dans LE Burns & JL Worsley (Eds.), Behavior therapy in the 1970s: A collection of original papers (pp. 34-56). Oxford, Angleterre: John Wright & Sons.
  9. Bancroft J, Marks I. Thérapie par aversion électrique des déviations sexuelles. Proc. roy. Soc. Med. Volume 61, août 1968. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1902433/pdf/procrsmed00153-0074.pdf
  10. Bancroft, J. (1974). Comportement sexuel déviant: modification et évaluation. Oxford, Angleterre: Clarendon Press.
  11. Barlow, DH (1973). Augmenter la réactivité hétérosexuelle dans le traitement de la déviation sexuelle: un examen des preuves cliniques et expérimentales. Thérapie comportementale, 4, 655 - 671.
  12. Berg, C. et Allen, C. (1958). Le problème de l'homosexualité. New York: Citadel Press.
  13. Berger, J. (1994). Le traitement psychothérapeutique de l'homosexualité masculine. Journal américain de psychothérapie, 48, 251 - 261.
  14. Bergin, AE (1969). Une technique d'autorégulation pour les troubles du contrôle des impulsions. Psychothérapie: théorie, recherche et pratique, 6, 113 - 118
  15. Bergler, E. (1956). Homosexualité: maladie ou mode de vie? New York: Collier Books.
  16. Beukenkamp, ​​C. (1960). Patricide fantôme. Archives de psychiatrie générale, 3, 282 - 288.
  17. Bieber, I. et Bieber, TB (1979). L'homosexualité masculine. Journal canadien de psychiatrie, 24, 409-419.
  18. Bieber, I., Bieber, TB, Dain, HJ, Dince, PR, Drellich, MG, Grand, HG, Grundlach, RH, Kremer, MW, Rilkin, AH et Wilbur, CB (1962). Homosexualité: une étude psychanalytique. New York: livres de base
  19. Bieber, TB (1971). Thérapie de groupe avec des homosexuels. Dans HI Kaplan & BJ Sadock (Eds.), Comprehensive group psychotherapy (pp. 518-533). Baltimore: Williams et Wilkins
  20. Birk, L. (1974). Psychothérapie de groupe pour les hommes homosexuels. Journal of Sex and Marital Therapy, 1, 29 - 52.
  21. Birk, L. (1980). Le mythe de l'homosexualité classique: points de vue d'un psychothérapeute comportemental. Dans J. Marmor (Ed.), Comportement homosexuel (pp. 376 - 390). New York: Livres de base.
  22. Birk, L., Huddleston, W., Miller, E. et Cohler, B. (1971). Conditionnement d'évitement de l'homosexualité. Archives de psychiatrie générale, 25, 314–323.
  23. Birk, L., Miller, E. et Cohler, B. (1970). Psychothérapie de groupe pour hommes homosexuels. Acta Psychiatrica Scandinavica, 218, 1-33.
  24. Breedlove, J., Plechash, V., et Davis, D. (1994, mars). Une fois gay, toujours gay? Focus sur la famille, 2-5.
  25. Broody JE Plus d'homosexuels ont aidé à devenir hétérosexuels. The New York Times. " Février 28, 1971
  26. Buki, RA (1964). Un programme de traitement pour les homosexuels. Maladies du système nerveux, 25 (5), 304 - 307
  27. Cafiso, R. (1983). L'homosexuel: les avantages de l'hypnothérapie comme traitement. Journal international d'hypnose clinique et expérimentale, 24 (1), 49 - 55.
  28. Callahan, EJ, Krumboltz, JD et Thoresen, CE (éditeurs) (1976). Méthodes de conseil. New York: Holt, Rinehart et Winston.
  29. Cantón-Dutari, A. (1974). Intervention combinée pour contrôler les comportements sexuels non désirés. Archives du comportement sexuel, 3 (4), 367 - 371.
  30. Cantón-Dutari, A. (1976). Intervention combinée pour contrôler les comportements sexuels non désirés: un suivi étendu. Archives du comportement sexuel, 5 (4), 323 - 325.
  31. Cappon, D. (1965). Vers une compréhension de l'homosexualité. Englewood Cliffs, NJ: Prentice-Hall
  32. Caprio, FS (1954). Homosexualité féminine: une étude psychodynamique du lesbianisme. New York: Citadel Press.
  33. Cautela, J., et Wisocki, P. (1971). Sensibilisation secrète pour le traitement des déviations sexuelles. Dossier psychologique, 21, 37–48
  34. Coates, S. (1962). L'homosexualité et le test de Rorschach. Journal britannique de psychologie médicale, 35, 177 - 190
  35. Comiskey, A. (1988). Poursuivre l'intégralité sexuelle. Los Angeles: Desert Stream Ministries
  36. Consiglio, W. (1993). Homosexuel plus: Ministère et thérapie pour l'homosexuel en convalescence. Travail social et christianisme: une revue internationale, 20 (1), 46 - 59.
  37. Cummings, N. (2007). Ancien président de l'APA Dr. Nicholas Cummings décrit son travail avec les clients SSA. Extrait avril 2, 2007, de http://www.narth.com/docs/cummings.html
  38. Davies, B. et Rentzel, L. (1993). Sortir de l'homosexualité: nouvelle liberté pour les hommes et les femmes. Downers Grove, IL: InterVarsity Press.
  39. Dean Baley Baklinski P. lun. 20 oct. 2014 https://www.lifesitenews.com/news/ex-gay-homosexuality-is-just-another-human-brokenness
  40. Diamond, LM et Rosky, C. (2016). Examiner l'immuabilité: recherche sur l'orientation sexuelle et son rôle dans la défense juridique américaine des droits des minorités sexuelles. Le Journal of Sex Research. Publication en ligne anticipée. doi: 10: 1080 / 00224499.2016.1139665
  41. Doyle C. La «femme» transgenre ment au sujet de la thérapie «torture». WND.com. 21 mars 2013. https://www.wnd.com/2013/03/transgendered-woman-lies-about-therapy-torture/
  42. Eidelberg, L. (1956). Analyse d'un cas d'homosexuel masculin. Dans S. Lorand et B. Balint (Eds.), Perversions: Psychodynamic and therapy (pp. 279-289). New York: Random House.
  43. Eliasberg, GT (1954). Traitement de groupe des homosexuels en probation. Psychothérapie de groupe, 7, 218 - 226.
  44. Ellis, A. (1956). L'efficacité de la psychothérapie avec des personnes qui ont de graves problèmes homosexuels. Journal of Consulting Psychology, 20 (3), 191.
  45. Ellis, A. (1959). Un homosexuel traité avec une thérapie rationnelle. Journal de psychologie clinique, 15 (3), 338 - 343.
  46. Feldman, député, MacCulloch, MJ et Orford, JF (1971). Conclusions et spéculations. Dans MP Feldman et MJ MacCulloch (Eds.), Homosexual behavior: Therapy and evaluation (pp. 156–188). New York: Pergamon Press.
  47. Finny, JC (1960). Homosexualité traitée par psychothérapie combinée. Journal de la thérapie sociale, 6 (1), 27 - 34.
  48. Fookes, BH (1969). Quelques expériences dans l'utilisation de la thérapie d'aversion dans l'homosexualité masculine, l'exhibitionnisme et le fétichisme-travestisme. Journal britannique de psychiatrie, 115, 339 - 341
  49. Fordham, F. (1935). Une introduction à la psychologie de Jung. New York: Harmondsworth / Penguin Books
  50. Freeman, W.M. et Meyer, R.G. (1975). Une modification du comportement des préférences sexuelles chez l'homme. Thérapie comportementale, 6, 206-212.
  51. Freud S. Leonardo da Vinci. Une étude psychosexuelle d'une réminiscence infantile. Traduit par AA Brill. New York: Moffat, Yard & Co., 1916. New York: Bartleby.Com, 2010.http: //www.bartleby.com/277/3.html
  52. Freud, A. (1968). Etudes de passivité (1952 [1949 - 1951]): Partie 1 Notes sur l'homosexualité. Dans Les écrits d'Anna Freud: Vol. 4. Indications pour l'analyse de l'enfant et autres articles (pp. 245 - 256). New York: International Universities Press. (Œuvre originale publiée dans 1952.)
  53. Glatze, Michael (3 juillet 2007), «Comment un leader des« droits des homosexuels »est devenu hétéro», WorldNetDaily, https: //web.archive.org/web/20080918193441/http: //www.worldnetdaily.com/news/ article.asp? ARTICLE_ID = 56487
  54. Glover, E. (1960). Les racines du crime: quelques articles en psychanalyse: Vol. 2. New York: International Universities Press.
  55. Goldberg, A. (2008). La lumière dans le placard: la Torah, l'homosexualité et le pouvoir de changer. Los Angeles: Red Heifer Press.
  56. Gordon, A. (1930). L'histoire d'un homosexuel: ses difficultés et ses triomphes. Journal et dossier médical, 131, 152 - 156.
  57. Grossman L. La sexualité est fluide - il est temps de passer 'né de cette façon'. Nouveau scientifique. 22.07.2015. https://www.newscientist.com/article/mg22730310-100-sexuality-is-fluid-its-time-to-get-past-born-this-way/
  58. Hadden, SB (1958). Traitement de l'homosexualité par la psychothérapie individuelle et de groupe. Journal américain de psychiatrie, 114, 810 - 815.
  59. Hadden, SB (1966). Traitement des homosexuels masculins en groupe. Journal international de psychothérapie de groupe, 16 (1), 13 - 22
  60. Hadden, SB (1971). Thérapie de groupe pour les homosexuels. Aspects médicaux de la sexualité humaine, 5 (1), 116 - 127.
  61. Hadfield, JA (1958). La guérison de l'homosexualité. British Medical Journal, 1 (2), 1323 - 1326.
  62. Chapelier, LJ (1970). Changer l'homosexualité chez l'homme: traitement réservé aux hommes troublés par l'homosexualité. New York: McGraw-Hill
  63. Herman, SH, Barlow, DH, Agras, WS (1974). Une analyse expérimentale du conditionnement classique comme méthode pour augmenter l'excitation hétérosexuelle chez les homosexuels. Thérapie comportementale, 5, 33 - 47.
  64. Huff, F. (1970). La désensibilisation d'un homosexuel. Thérapie de recherche comportementale, 8, 99 - 102
  65. Jacobi, J. (1969). Cas d'homosexualité. Journal of Analytical Psychology, 14, 48 - 64
  66. James, S. (1978). Traitement de l'homosexualité II. Supériorité de la désensibilisation / éveil par rapport au conditionnement d'évitement anticipé: résultats d'un essai contrôlé. Thérapie comportementale, 9, 28 - 36.
  67. Jones, SL et Yarhouse, MA (2007). Ex-gays? Une étude longitudinale du changement d'orientation sexuelle médié par la religion. Downer's Grove, IL: InterVarsity Press
  68. Judkins, LR (1993). Quelqu'un à dévorer. Alliance Life: A Journal of Christian Life and Missions, 128 (16), 8 - 12.
  69. Karten, E. (2006). Les efforts de réorientation sexuelle chez les hommes de même sexe insatisfaits ont attiré: que faut-il vraiment changer? Thèse de doctorat non publiée, Université Fordham, New York
  70. Kaye, HE, Berl, S., Clare, J., Eleston, MR, Gershwin, BS, Gershwin, P., Kogan, LS, Torda, C. et Wilbur, CB (1967). Homosexualité chez les femmes. Archives de psychiatrie générale, 17 (5), 626-634
  71. Kendrick, S. et McCullough, J. (1972). Phases séquentielles de renforcement secret et de sensibilisation secrète dans le traitement de l'homosexualité. Journal of Behavioral Therapy and Experimental Psychiatry, 3, 229-231
  72. Konrad, J. (1987). Vous n'avez pas besoin d'être gay. Newport Beach, Californie: Pacific Publishing House.
  73. Kraft, T. (1967). Un cas d'homosexualité traité par désensibilisation systématique. Journal américain de psychothérapie, 21 (4), 815 - 821
  74. Kraft, T. (1970). Désensibilisation systématique dans le traitement de l'homosexualité. Recherche comportementale et thérapie, 8, 319.
  75. Lamberd, WG (1971). Points de vue: quel résultat peut-on attendre de la psychothérapie des homosexuels? Aspects médicaux de la sexualité humaine, 5 (12), 90 - 105
  76. Larson, D. (1970). Une adaptation de l'approche de Feldman et MacCulloch au traitement de l'homosexualité par l'application de l'apprentissage par anticipation de l'évitement. Recherche comportementale et thérapie, 8, 209 - 210.
  77. Londres, LS et Caprio, FS (1950). Déviations sexuelles: une approche psychodynamique. Washington, DC: Linacre Press.
  78. MacCulloch, MJ et Feldman, député (1967). Thérapie par l'aversion dans la gestion de 43 homosexuels. British Medical Journal, 2, 594-597
  79. MacIntosh, H. (1994). Attitudes et expériences de la psychanalyse dans l'analyse des patients homosexuels. Journal de l'American Psychoanalytic Association, 42, 1183 - 1207.
  80. Maletzky, BM et George, FS (1973). Le traitement de l'homosexualité par une sensibilisation secrète «assistée». Journal of Behavior Research and Therapy, 11 (4), 655–657
  81. Mandel, K. (1970). Rapport préliminaire d'une nouvelle thérapie d'aversion pour les homosexuels masculins. Recherche comportementale et thérapie, 8, 93 - 95
  82. Mansfield T., comp. Voices of Hope: Perspectives des saints des derniers jours sur l'attraction du même sexe - une anthologie des enseignements de l'Évangile et des essais personnels. Deseret Book Company 2011.
  83. Mather, NJ (1966). Le traitement de l'homosexualité par thérapie d'aversion. Médecine, science et droit, 6 (4), 200 - 205
  84. Mayerson, P. et Lief, H. (1965). Psychothérapie des homosexuels: une étude de suivi. Dans J. Marmor (Ed.), Inversion sexuelle: les racines multiples de l'homosexualité (pp. 302–344). New York: livres de base
  85. McConaghy, N. (1969). Réponses pléthysmographiques subjectives et péniennes après soulagement par aversion et thérapie par aversion à l'apomorphine pour les impulsions homosexuelles. Journal britannique de psychiatrie, 115, 723 - 730.
  86. McConaghy, N. (1970). Réponses pléthysmographiques subjectives et péniennes au traitement par aversion pour l'homosexualité: une étude de suivi. Journal britannique de psychiatrie, 117, 555 - 560.
  87. McConaghy, N. (1975). Traitements d'aversion et de conditionnement positif de l'homosexualité. Recherche comportementale et thérapie, 13, 309 - 319.
  88. McConaghy, N., et Barr, RE (1973). Traitements classiques, d'évitement et de conditionnement en arrière de l'homosexualité. British Journal of Psychiatry, 122, 151-162.
  89. McConaghy, N., Proctor, D. et Barr, R. (1972). Réponses de pléthysmographie subjective et pénienne à la thérapie d'aversion pour l'homosexualité: une réplication partielle. Archives of Sexual Behavior, 2, 65–78.
  90. McGuire RJ, Vallance M. Thérapie d'aversion par choc électrique: une technique simple. Journal médical britannique. 18 janvier 1964, p. 151 - 153. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1812608/pdf/brmedj02611-0043.pdf
  91. Michael, RT, Gagnon, JH, Laumann, EO et Kolata, G. (1994). Sex in America: Une enquête définitive Boston: Little, Brown.
  92. Miller, PM, Bradley, JB, Gross, RS et Wood, G. (1968). Revue de la recherche sur l'homosexualité (1960-1966) et quelques implications pour le traitement. Psychothérapie: théorie, recherche et pratique, 5, 3-6
  93. Mintz, E. (1966). Homosexuels masculins manifestes en traitement combiné de groupe et individuel. Journal of Consulting Psychology, 30, 193 - 198
  94. Monroe, RR et Enelow, RG (1960). La motivation thérapeutique chez les homosexuels masculins. Journal américain de psychothérapie, 14, 474-490.
  95. Nicolosi, J., Byrd, AD, et Potts, RW (2000b). Autodéclarations rétrospectives des changements d'orientation homosexuelle: Une enquête auprès des consommateurs auprès des clients de la thérapie de conversion. Rapports psychologiques, 86, 1071-1088
  96. Nicolosi, Joseph (1991). Thérapie réparatrice de l'homosexualité masculine: une nouvelle approche clinique. Jason Aronson, inc
  97. Nicolosi, Joseph (1993). Guérir l'homosexualité: histoires de cas de thérapie réparatrice. Jason Aronson, Inc.
  98. Nicolosi, Joseph (2009). Honte et perte d'attachement: le travail pratique de la thérapie réparatrice. InterVarsity Press
  99. Orwin, A., James, SR et Turner, RK (1974). Anomalies des chromosomes sexuels, homosexualité et traitement psychologique. British Journal of Psychiatry, 124, 293-295
  100. Ott, MQ, Corliss, HL, et. al. (2011), Stabilité et changement dans l'identité d'orientation sexuelle autodéclarée chez les jeunes: application des paramètres de mobilité, Archives of Sexual Behavior, juin; 40 (30): 519-532. Publié en ligne 2010 décembre 2. doi: 10.1007 / s10508-010-9691-3
  101. Ovesey, L. (1969). Homosexualité et pseudohomosexualité. New York: Science House
  102. Ovesey, L., Gaylin, W. et Hendin, H. (1963). Psychothérapie de l'homosexualité masculine: formulation psychodynamique. Archives of General Psychiatry, 9, 19–31
  103. Pabon Luis. Pourquoi je ne veux toujours plus être gay. ThoughtCatalog. Février 23rd 2015. https://thoughtcatalog.com/luis-pabon/2015/02/why-i-still-dont-want-to-be-gay-anymore/
  104. Phelan JE et al. Une évaluation critique du rapport du Groupe de travail sur les réponses thérapeutiques appropriées à l'orientation sexuelle, les résolutions et le communiqué de presse. 2009a. Association nationale pour la recherche et la thérapie de l'homosexualité. https://static1.squarespace.com/static/55efa8b5e4b0c21dd4f4d8ee/t/56f1f6535559863ea9a5c1bb/1458697818646/A+Critical+Evaluation+-+Journal+of+Human+Sexuality+vol.+4+%282%29.pdf
  105. Phelan JE et al. Ce que la recherche montre: la réponse de NARTH aux revendications de l'APA sur l'homosexualité Un rapport du comité consultatif scientifique de l'Association nationale pour la recherche et la thérapie de l'homosexualité. Journal de la sexualité humaine. 2009b; Volume 1. https://docs.wixstatic.com/ugd/ec16e9_04d4fd5fb7e044289cc8e47dbaf13632.pdf
  106. Phillips, D., Fischer, SC, Groves, GA, et Singh, R. (1976). Approches comportementales alternatives du traitement de l'homosexualité. Archives du comportement sexuel, 5, 223-228.
  107. Pittman, FS, III et DeYoung, CD (1971). Le traitement des homosexuels dans les groupes hétérosexuels. Journal international de psychothérapie de groupe, 21, 62–73.
  108. Poe, JS (1952). Le traitement réussi d'un homosexuel passif de 40, basé sur une vision adaptative du comportement sexuel. Revue psychanalytique, 39, 23 - 33.
  109. Portaluz. "La homosexualidad no es una enfermedad". Elena Lorenzo et su terapia de cambio. 20.06.2014/642/XNUMX. https://www.portaluz.org/la-homosexualidad-no-es-una-enfermedad-elena-lorenzo-y-su-terapia-XNUMX.htm
  110. Pradhan, PV, Ayyar, KS et Bagadia, VN (1982). Homosexualité: traitement par modification du comportement. Journal indien de psychiatrie, 24, 80-83.
  111. Ramsay, RW et van Velzen, V. (1968). Thérapie comportementale pour les perversions sexuelles. Recherche et thérapie comportementale, 6, 233
  112. Regardie, FI (1949). Analyse de l'homosexualité. Psychiatric Quarterly, 23, 548 - 566.
  113. Rekers, GA (1995). Manuel des problèmes sexuels des enfants et des adolescents. New York: Lexington Books.
  114. Riley A. Les avantages surprenants de la thérapie électroconvulsive. Psychologie de la BBC. Mai 3, 2018. www.bbc.com/future/story/20180502-the-surprising-benefits-of-electroshock-therapy-or-ect
  115. Robertiello, RC (1959). Voyage de Lesbos: la psychanalyse d'une femme homosexuelle. New York: Citadel Press.
  116. Roper, P. (1967). Les effets de l'hypnothérapie sur l'homosexualité. Journal de l'Association médicale canadienne, 96 (6), 319 - 327
  117. Ross, MW et Mendelsohn, F. (1958). Homosexualité au collège: un rapport préliminaire sur les données obtenues auprès de 143 étudiants vus dans un centre de santé étudiant universitaire et une revue de la littérature pertinente. Archives de l'American Medical Association of Neurology and Psychiatry, 80, 253-263.
  118. Satinover J. Homosexualité et politique de la vérité. Grand Rapids, Mich. : Baker Books, 1996
  119. Savin-Williams, RC et Ream, GL (2007), Prévalence et stabilité des composants d'orientation sexuelle pendant l'adolescence et le jeune âge adulte, Archives of Behaviour Sexual, 36, 385-394.
  120. Schaeffer, KW, Nottebaum, L., Smith, P., Dech, K. et Krawczyk, J. (1999). Changement d'orientation sexuelle motivé par la religion: une étude de suivi. Journal de psychologie et de théologie, 27 (4), 329-337.
  121. Segal, B. et Sims, J. (1972). Sensibilisation secrète avec un homosexuel: une réplication contrôlée. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 39, 259-263
  122. Serban, G. (1968). L'approche thérapeutique existentielle de l'homosexualité. Journal américain de psychothérapie, 22 (3), 491 - 501
  123. Shealy, AE (1972). Combiner la thérapie comportementale et la thérapie cognitive dans le traitement de l'homosexualité. Psychothérapie: théorie, recherche et pratique, 9, 221 - 222
  124. Shechter, RA (1992). Paramètres de traitement et changement structurel: Réflexions sur la psychothérapie d'un homosexuel masculin. Forum international de psychanalyse, 1, 197 - 201.
  125. Shidlo, A. et Schroeder, M. (2002). Changement d'orientation sexuelle: rapport d'un consommateur. Psychologie professionnelle: recherche et pratique, 33 (3), 249-259.
  126. Siegel, K., Bauman, LJ, Christ, G. H et Krown, S. (1988). Modèles de changement de comportement sexuel chez les hommes gais à New York. Archives of Sexual Behavior 17 (6), 481–497.
  127. Singh A, Kar SK. Comment fonctionne la thérapie électroconvulsive?: Comprendre les mécanismes neurobiologiques. Clin Psychopharmacol Neurosci. 2017; 15 (3): 210-221. https://doi.org/10.9758/cpn.2017.15.3.210
  128. Socarides, CW (1978). Homosexualité: thérapie psychanalytique. New York: Jason Aronson
  129. Sorba R. Le canular «Born Gay». Wilmington DE, 2007.
  130. Spitzer, RL (2003). Certains homosexuels et lesbiennes peuvent-ils changer leur orientation sexuelle? Les participants à 200 ont signalé un changement de l'orientation homosexuelle à l'orientation hétérosexuelle. Archives du comportement sexuel, 32, 403 - 417.
  131. Débat sur la thérapie Sprigg P. Ex-Gay: The Truth Matters. The Christian Post. Août 27, 2014. https://www.christianpost.com/news/ex-gay-therapy-debate-the-truth-matters-125479/
  132. Stekel, W. (1930). L'homosexualité est-elle guérissable? Revue psychanalytique, 17, 443 - 451.
  133. Stevenson, I. et Wolpe, J. (1960). Récupération des déviations sexuelles en surmontant les réponses névrotiques non sexuelles. American Journal of Psychiatry, 116, 737-742.
  134. Fort, G. (1994). Une fois j'étais gay et ce que j'ai fait pour changer. Revue de justice sociale, 85 (5-6), 75 - 76.
  135. Tanner, BA (1974). Une comparaison du conditionnement aversif automatisé et d'un contrôle des listes d'attente dans la modification du comportement homosexuel chez les hommes. Thérapie comportementale, 5, 29 - 32.
  136. Truax, RA et Tourney, G. (1971). Les homosexuels masculins en thérapie de groupe: une étude contrôlée. Maladies du système nerveux, 32 (10), 707-711
  137. van den Aardweg, GJM (1971). Une brève théorie de l'homosexualité. Journal américain de psychothérapie, 26, 52 - 68.
  138. van den Aardweg, GJM (1986a). Homosexualité et espoir: un psychologue parle de traitement et de changement. Ann Arbor, MI: Servant Books.
  139. van den Aardweg, GJM (1986b). Sur les origines et le traitement de l'homosexualité: une réinterprétation psychanalytique. New York: Praeger.
  140. Wallace, L. (1969). Psychothérapie d'un homme homosexuel. Revue psychanalytique, 56, 346 - 364
  141. Whitehead, NE et Whitehead, BK (2007).) Mes gènes m'ont poussé à le faire! Un regard scientifique sur l'orientation sexuelle (2e éd.) [Livre Web]. Extrait le 5 février 2009 du site http.//www.mygenes.co.nz
  142. La thérapie par électrochocs Wilson R. est toujours utilisée aujourd'hui - avec des résultats mitigés. L'indépendant. Décembre 4, 2017. https://www.independent.co.uk/news/long_reads/electroconvulsive-therapy-is-back-but-is-it-worth-the-risk-a8084631.html
  143. Worthen, F. (1984). Sort de l'homosexualité. San Rafael, Californie: LIA

Voir aussi

• Une description détaillée de la méthode de psychothérapie J. G. Goland sur son site internet: goland.su

• Edmund Bergler: Le traitement de l'homosexualité

• "Plus d'homosexuels ont pu devenir hétérosexuels" - article du New York Times

• Joseph Nicolosi: La nature traumatique de l'homosexualité masculine

• Thérapie de réintégration - La dernière technique pour se débarrasser de l'attraction homosexuelle indésirable.

 Comment se forme l'attraction homosexuelle? (vidéo)

• Un ancien homosexuel raconte comment changer (vidéo)

• Gerard Aardweg: guide d'auto-thérapie de l'homosexualité

• Aux États-Unis, les homosexuels commencent à abandonner l'argument «ainsi né»

• Historique de l'exclusion de l'homosexualité de la liste des troubles psychiatriques

7 réflexions sur «Puis-je changer mon orientation sexuelle?»

  1. L'homophobie peut indiquer qu'une personne qui en souffre a ses propres désirs homosexuels, mais d'une part, elle n'en est pas consciente et, d'autre part, elle lui semble si terrible et inacceptable qu'elle provoque une forte peur. L'homophobie est avant tout une peur de sa propre attirance homosexuelle. PSYCHIATRE.

    1. jetez votre diplôme, monsieur le psychiatre, car vous n'êtes pas qualifié.
      Une étude Hodson de 2012 a montré que l'homosexualité latente est vécue par ceux qui voient les homosexuels positivement.
      vous êtes des propagandistes tolérants, vous ne savez pas comment vous en sortir. partout où vous voyez de l'homosexualité latente, même si, comme on peut le voir, vous ne rêvez que d'être au lit avec un gay.

  2. Ik avait regelmatig fantasieën sur le sexe avec een vrouw, dus homo sex.
    Dit kwam porte tekenfilm achtige plaatjes op een soort Facebook. Ik noem de naam niet, om anderen te beschermen.

    Toch .. est dit weg gegaan .. niet meer derge foto's / plaatjes zien ..

    Rencontré andere dingen bezig gaan.

    Homo mannen. Lees over de vele gezondheidsrisico's .. reden genoeg om alles te doen dit niet te praktiseren ..

    1. Auteur, je n'ai pas trouvé de liens spécifiquement vers la recherche scientifique. La recherche scientifique est menée par une équipe de scientifiques, un grand nombre de patients y participent, le plus souvent en même temps, se divisant en plusieurs groupes, à titre de comparaison, des statistiques sont tenues, et bien plus encore.

  3. Hmmm ... Désolé ... Je n'ai simplement pas lu et je ne voulais pas l'accepter. Cela a complètement changé ma vision du monde.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Обязательные поля помечены *