Technologies de dépeuplement: planification familiale

Depuis le milieu du XXe siècle, sous la bannière de la «crise de surpopulation», le monde mène une campagne mondiale de propagande visant à réduire drastiquement le taux de natalité et la population. Dans la plupart des pays développés, le taux de natalité est déjà tombé nettement en dessous du niveau de simple reproduction de la population, et le nombre de personnes âgées est égal au nombre d'enfants ou même le dépasse. Le mariage se termine de plus en plus par le divorce et est remplacé par la cohabitation. Les affaires extra-conjugales, l'homosexualité et les phénomènes transgenres ont acquis un statut prioritaire. Dépeuplement, pas une «surpopulation» mythique est devenu la nouvelle réalité du monde.


Le fondateur de l'idée du contrôle des naissances dans le monde était Thomas Malthus, qui l'a exprimé dans son travail 1798, "Essai sur la loi de la population". Selon la doctrine de Malthus, la population augmente de façon exponentielle et les moyens de subsistance augmentent de façon arithmétique, donc tôt ou tard les gens n'auront pas assez de nourriture, et selon le directeur de la Banque mondiale - et de l'eau [1]. Selon Malthus, plus la population est petite, plus le niveau de vie est élevé.

Les idées malthusiennes ont été reprises par la féministe Margaret Sanger (Sanger), qui les a généreusement assaisonnées d'eugénisme, crée au cours de l'année 1921 la «Birth Control League», dont la tâche était de fournir des avortements et de «tirer la paille de l'humanité» - «inférieure, retardée mentalement et retardée mentale et ". Ces derniers comprenaient des Noirs, des Slaves, des Juifs, des Italiens - un total de 70% de la population mondiale. «La pratique la plus immorale de notre temps est d'encourager la création de familles nombreuses qui nuisent non seulement aux membres de ces familles, mais à l'ensemble de la société. La chose la plus miséricordieuse qu'une grande famille puisse faire avec l'un de leurs bébés est de le tuer. »- a écrit Sanger [2].

Bientôt, sous couvert de subventions pour des activités scientifiques, la Ligue commence à recevoir le parrainage de Rockefeller, Ford et Mallon. Dans un magazine de la Ligue 1932 dans un article intitulé «Plan de paix», Sanger a déclaré que pour la paix sur Terre, le «matériel humain inférieur» devrait être stérilisé de force et séparé en étant placé dans des camps de concentration.

«En concentrant cette énorme partie de notre population pour des raisons de santé plutôt que de punition, on peut dire que quinze ou vingt millions de notre population deviendront des guerriers-défenseurs, protégeant les enfants à naître de leurs propres défauts ... Ensuite, une tentative sera faite pour ralentir la croissance démographique conformément à à un rythme déterminé pour accueillir le nombre croissant de personnes dans les meilleures conditions sociales et économiques. " [3]

Ernst Rydin, membre du parti nazi, qui a travaillé dans la Ligue en tant que consultante et a ensuite mis ses idées en pratique dans des programmes démographiques du Troisième Reich tels que la stérilisation génétique et l'hygiène raciale, a été publié dans le même journal. Dans 1942, au plus fort de la guerre avec Hitler, Sanger, afin d'éviter les associations inconfortables, renomme la "Birth Control League" en "planning parental", qui devient alors la Fédération internationale - IPPF (également traduit par IFES), qui a ensuite reçu le statut d'organisme de bienfaisance, ce qui lui a permis d'accepter des dons sans payer de taxes.

Sanger a bénéficié du soutien de célébrités telles que Julian Huxley, Albert Einstein, le Premier ministre indien Nehru, l'empereur japonais Hirohito, Henry Ford, les présidents Truman, Eisenhower et bien d'autres [4]... La politique néo-malthusienne qu'elle promeut prend une ampleur mondiale.

Dans 1954, la Fondation Hugh Moore a publié une brochure largement diffusée, La bombe de la population, qui exacerbait la menace d'une forte croissance démographique dans les pays en développement et soulignait l'urgence de réduire la fertilité. À 1958, l'ONU commence à financer les programmes de l'IPPF dans les pays du tiers monde et la Banque mondiale va bientôt y adhérer. Dans 1959, le Département d'État américain a publié un rapport sur les tendances de la population mondiale qui concluait qu'une croissance rapide menace la stabilité internationale. Quelques années plus tard, les actions des néo-malthusiens se sont étendues à l'Amérique elle-même: le Congrès américain a alloué le premier million de dollars 50 pour la «planification familiale» à l'intérieur du pays et a augmenté les impôts des familles avec deux enfants ou plus, tandis que les célibataires et les enfants sans enfant ont bénéficié d'allégements fiscaux [5].

Comme l'explique cette étape, l'auteur du dernier best-seller Population Bomb, l'écologiste Paul Erlich: "Pour convaincre d'autres nations de baisser leur taux de natalité, il faut pouvoir dire "fais comme nous »Et ce n'est pas "faire comme ordonné »». Une autre raison est l'impact accru de la croissance de la population américaine sur l'épuisement des ressources mondiales. Malgré le fait qu'à 1966 aux États-Unis, environ 6% de la population mondiale vivait, ce pays consommait 34% de la production mondiale d'énergie, 29% de toute la production d'acier et 17% de toute la déforestation. Ces chiffres conduisent à la justification que chaque naissance américaine contribue beaucoup plus à l'épuisement des réserves mondiales - "25 fois plus que, disons, la naissance indienne" - dit le biologiste Wayne Davis.[6]

Dans 1964, les États-Unis ont créé le "Sexual and Educational Counsel" (SIECUS). Sa directrice exécutive Mary Calderon était étroitement associée à l'IPPF et soutenait les idées de l'humaniste Rudolf Dreikurs, parmi lesquelles:
• fusion ou inversion des étages et des rôles sexuels; 
• libération des enfants de leur famille; 
• abolition de la famille telle que nous la connaissons. [7]

Dans 1968, un avocat américain Albert Blausteinqui a participé à la création des constitutions de nombreux pays, indiqueque pour limiter la croissance démographique, il est nécessaire de réviser de nombreuses lois, notamment sur le mariage, le soutien familial, l'âge du consentement et l'homosexualité.

Kingsley Davis, l'une des figures centrales de l'élaboration des politiques de contrôle des naissances, a critiqué les «planificateurs» pour avoir abandonné de telles mesures «volontaires» de contrôle des naissances, telles que l'encouragement à la stérilisation, avortement и «Formes non naturelles de rapports sexuels»... Selon lui СЃР »РѕРІР ° Рј, "Même les peuples les plus primitifs savent limiter le nombre d'enfants par l'interruption des rapports sexuels, les rapports extravaginaux, les contacts homosexuels, l'avortement et l'infanticide." En outre, il a insisté sur le fait que sans un changement dans la structure sociale et l'économie, une réduction ciblée du taux de natalité ne pourrait être atteinte.

«Les problèmes de stérilisation et des rapports sexuels contre nature sont généralement accueillis avec silence ou désapprobation, bien que personne ne doute de l'efficacité de ces mesures pour prévenir la conception ... Les principaux changements nécessaires pour influencer la motivation à avoir des enfants devraient être des changements dans la structure familiale, le statut de la femme et les mœurs sexuelles ... Le système économique détermine en grande partie qui travaillera, ce qui peut être acheté, combien il en coûtera pour élever des enfants, combien une personne peut dépenser. Les écoles définissent les rôles et intérêts familiaux liés aux choix de carrière et de loisirs. Ils peuvent redéfinir les rôles sexuels au besoin, développer des intérêts au-delà de la maison et inculquer des connaissances réalistes (par opposition à moralisatrices) sur le mariage, le comportement sexuel et les problèmes de population. Vu sous cet angle, il est clair que les ministères de l’économie et de l’éducation, et non le ministère de la santé, devraient être à l’origine de la politique démographique. »[8]

Chanter des rapports sexuels non naturels

Davis Wife, sociologue Judith Blake a proposé de supprimer les impôts et les aides au logement encourageant la procréation et la suppression des sanctions légales et sociales contre l'homosexualité [9].

Les remarques de ce respectable couple familial n'ont pas été laissées sans surveillance, et dans 1969, le vice-président de l'IPPF, Frédéric Jaffe, publie un mémorandum décrivant les méthodes de contrôle des naissances, qui incluaient l'avortement, la stérilisation, la contraception en vente libre, forçant les femmes à aller au travail, réduisant le congé de maternité payé et prestations pour enfants et encouragement de la croissance de l'homosexualité. Jaffe charge le président de l'organisation Rockefeller Population Council, le comportementaliste Bernard Berelson, de mener des recherches sur l'impact des facteurs sociaux, du logement et économiques sur la procréation et de sélectionner les plus appropriés.

Court extrait du mémorandum:

«Le plein emploi de la population s'accompagne d'inflation et des taux de chômage relativement élevés devraient donc être autorisés si nécessaire. Néanmoins, le lien entre l'emploi des femmes et la faible fécondité a été prouvé, à propos duquel il est nécessaire d'établir quel niveau d'inflation peut ou devrait être risqué pour atteindre un taux de natalité plus bas. Il est nécessaire de changer l'image d'une famille idéale, comprenant trois enfants ou plus, ce qui entraînera un taux de croissance démographique inacceptable. Afin d'éviter une politique démographique coercitive, il est nécessaire de créer une société dans laquelle la contraception volontaire sera efficace. Il ne fait aucun doute que la plupart des mesures proposées comme alternatives à la planification familiale n'auront pas le même impact sur différents segments de la population. Le tableau ci-joint tente de fournir un tri initial des principales mesures discutées, en fonction de leur universalité ou de leur sélectivité. De toute évidence, les méthodes d'influence économiques n'auront pas un impact égal sur le comportement des familles de la population riche / moyenne et à faible revenu. La recherche montrera de quelles méthodes nous avons besoin et dans quel délai. » [10]

La même année, s'adressant au Congrès, le président Nixon appeler croissance démographique "L'un des défis les plus graves pour le sort de l'humanité". Il a proposé d'étendre les services de planification familiale aux États-Unis et de créer une commission pour étudier l'impact de la croissance démographique sur le bien-être de la nation. [11]. Après deux ans de recherche, le président de la Commission, John D. Rockefeller 3, a déclaré au président qu'une nouvelle croissance démographique n'était pas pratique:

«Après deux ans d'efforts concentrés, nous sommes parvenus à la conclusion qu'à long terme, la poursuite de l'augmentation de la population de la nation n'apportera aucun avantage significatif et que la stabilisation progressive de notre population par des méthodes volontaires contribuera de manière significative à la capacité de la nation à résoudre ses problèmes. Nous avons cherché, mais n'avons pas trouvé d'argument économique convaincant en faveur d'une croissance démographique continue. Ni le bien-être de notre pays, ni la viabilité des affaires, ni le bien-être du citoyen moyen n'en dépendent. » [12]

Le conseiller scientifique du président Nixon, le Dr Dubridge a exhorté «Toutes les institutions publiques - écoles, universités, église, famille, gouvernement et agences internationales - à faire de la croissance démographique zéro leur première priorité» [].

Lauréat du prix Nobel Dr Shockley proposé un tel plan: 
Le public votera pour le taux de croissance démographique annuel souhaité (il recommande 0.3%), après quoi le Bureau du recensement déterminera combien d'enfants chaque femme est autorisée à avoir. Toutes les filles seront implantées capsule contraceptive... Lorsqu'elle aura atteint l'âge de la majorité, chaque fille recevra 22 déci-certificats par enfant. Un couple marié pourra en utiliser 10 pour retirer la capsule jusqu'à la naissance du bébé, après quoi la capsule sera retournée. Après la naissance de deux enfants, le couple pourra soit vendre les 2 certificats restants, soit en acheter 8 autres sur le marché libre afin de donner naissance à leur troisième enfant. Ceux qui ne veulent pas d'enfants pourront vendre leurs certificats à tout moment [13].

Preston Cloud, président du comité des ressources naturelles de la National Academy of Sciences, a appelé à une croissance démographique nulle d'ici la fin du siècle et a exigé l'intensification "Par tous les moyens possibles" contrôle de la population aux États-Unis et dans le monde. Dans son discours, il a invité, entre autres, le Congrès et le Président à déclarer formellement que tous les couples américains ne devraient pas avoir plus de deux enfants, que les avortements sur demande seront légalisés et accessibles à tous, même gratuitement, et que les restrictions légales sur les unions homosexuelles seront levées [6].

Auteur du concept transition démographique Frank Noutstein, s'exprimant au Collège militaire national devant des officiers supérieurs, a noté que "l'homosexualité est défendue sur la base qu'elle contribue à réduire la croissance démographique".

Il y avait ceux qui ont carrément appelé l'hétérosexualité « la cause profonde du dilemme de la surpopulation mondiale » :

Il ne faudra que quelques années aux lobbyistes pour normaliser l'homosexualité pour convaincre l'American Psychiatric Association de retirer l'homosexualité de la liste des troubles psychosexuels. "Nous n'insisterons plus pour étiqueter la maladie sur des individus prétendant être en bonne santé", a déclaré l'APA. Ce changement dans l'attitude médicale envers le diagnostic d'homosexualité s'est produit sans fournir d'arguments scientifiques et de preuves cliniques pour justifier une telle démarche. Plus de détails: https://pro-lgbt.ru/295/

Dans l'Encyclopédie du contrôle des naissances de 2001, publiée spécifiquement pour les organisations de planification familiale, l'homosexualité est déjà ouvertement répertoriée comme une méthode de contrôle des naissances légitime :

« Étant donné que les rapports sexuels entre membres du même sexe ne peuvent pas conduire à une grossesse, tolérer ou encourager l'homosexualité et le lesbianisme peut être considéré comme une méthode de contrôle de la population, voire de contrôle des naissances. Presque toutes les personnes ont un potentiel bisexuel, et combien il est autorisé à se manifester affecte, au moins en théorie, le nombre d'enfants conçus. »

En 2004, le rédacteur en chef du British Medical Journal (BMJ), Imre Lefler écrit dans sa colonne :

« La valeur de l'homosexualité pour la survie de l'humanité réside dans son effet sur la croissance démographique. Toute personne préoccupée par la dégradation de l'environnement causée par la croissance démographique devrait promouvoir l'homosexualité. En effet, il serait souhaitable que la majorité des humains deviennent homosexuels, avec seulement quelques privilégiés de chaque sous-groupe reconnaissable satisfaisant les modestes besoins reproductifs de l'espèce...
L'organisation sociale idéale de l'humanité dans ce monde surpeuplé serait celle où la majorité vivrait dans la monogamie homosexuelle. Si l'homosexualité devenait la norme, la population chuterait dramatiquement...
Les préjugés contre le mariage homosexuel diminueront dès que les gens se rendront compte que cette institution nouvellement créée est le garant de la politique démographique "naturelle".

En année 1972 pour Club de Rome un rapport a été publié "Limites de croissance", Dans lequel 12 scénarios possibles de développement humain ont été présentés. Tous les scénarios favorables nécessitaient des changements politiques et sociaux, y compris un contrôle des naissances strict au rythme du déclin naturel.

Dans 1974, Nixon instruit Kissinger étudiera l'impact de la croissance démographique mondiale sur les intérêts politiques et économiques des États-Unis et proposera des mesures d'action spécifiques. C'est ainsi que le document «NSSM-1990», classé jusqu'au 200, est apparu, compilé par le Conseil de sécurité nationale, qui parlait de l'urgence de réduire le taux de natalité à l'échelle mondiale. Le principal objectif du document était d'atteindre le niveau de fécondité de remplacement d'ici l'année 2000 (une moyenne d'enfants 2 par famille) et de maintenir le niveau de population maximum à l'intérieur de 8 milliards de personnes. La distribution de l'aide étrangère aux pays en développement dépendra de leur volonté d'adopter des programmes anti-nataux. Ainsi, lorsque le Nigéria a refusé d'introduire des programmes d'illumination sexuelle radicaux promouvant le sexe promiscueux et l'homosexualité, les pays occidentaux l'ont menacée cessation de l'aide extérieure. Les pays 13 ont été identifiés dans lesquels le contrôle de la population doit être appliqué en premier.

«… L'accent doit être mis sur les pays en développement les plus grands et les plus dynamiques, qui présentent un intérêt politique et stratégique particulier pour les États-Unis. Ces pays comprennent l'Inde, le Bangladesh, le Pakistan, le Nigéria, le Mexique, l'Indonésie, le Brésil, les Philippines, la Thaïlande, l'Égypte, la Turquie, l'Éthiopie et la Colombie. Ensemble, ils représentent 47% de la croissance démographique actuelle. " [15]

Le document suggère «Concentrez-vous sur l’éducation et endoctrinement [sic] la jeune génération concernant l'opportunité d'une famille plus petite » et note la nécessité de l'avortement pour réduire la fertilité.

Dans 1975, sur ordre du président Ford, NSSM-200 est devenu un guide pour l'action dans le domaine de la politique étrangère américaine. Ainsi, ce qui était auparavant principalement une aventure privée des élitistes, est désormais devenu un programme d'État mis en œuvre aux dépens des contribuables. Il n'y a actuellement aucune preuve que l'application des directives NSSM-200 a cessé d'être une politique officielle des États-Unis.

L'évolution du logo Nestlé

Actuellement, le taux de natalité aux États-Unis est inférieur au niveau nécessaire à la reproduction naturelle de la population. Selon le National Center for Health Statistics (NCHS), le plus petit nombre de bébés est né aux États-Unis dans 2017 au cours des dernières années xnumx. Le taux de fécondité était le plus bas de toute la période d'observation (c'est-à-dire plus de cent ans) et le nombre moyen de naissances par femme est tombé au minimum de 1978 de l'année - 1,76. [16]

Publicité sociale du National Health Service du Royaume-Uni: «Souhaitez-vous y renoncer? Attention au piège pour bébé. Les préservatifs et les contraceptifs sont disponibles gratuitement. "

Lors de la Conférence mondiale des Nations Unies sur la population, qui s'est tenue à 1974 à Bucarest, les pays 137 (tous sauf le Vatican) se sont engagés à réduire la fécondité, après quoi le taux de croissance de la population mondiale a baissé.

De documents UN:

«L'OMS, ainsi que le FNUAP et l'ONUSIDA, soutiennent pleinement le statut des droits sexuels et reproductifs de la Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF) ... et appellent les ministères de la Santé à: ...
• Respecter les droits sexuels et reproductifs et, si nécessaire, réviser les lois pertinentes, en particulier concernant l'avortement et l'homosexualité » [17].

En Russie, l'idéologie néo-malthusienne s'est reflétée, entre autres, dans la création du mouvement LGBT; sous-cultures Sans enfantspromouvoir l'infécondité et la stérilisation; Campagne «Squeeze», visant à discréditer l’image de la mère; l'introduction des «technologies juvéniles» et la création de nombreuses branches de l'IPPF - d'abord le fameux RAPS, puis l'Académie russe des sciences. Aux cours de l'école "lumen de sexe»Les enfants sont encouragés à avoir des rapports sexuels précoces, la promiscuité et la normalité de l'homosexualité. Actuellement, diverses ONG y participent. déguisé en prévention du VIH. Selon une enquête menée par le Centre panrusse pour l'étude de l'opinion publique en décembre 2017, la proportion de Russes qui ont consciemment refusé de continuer la famille pendant des années 12 est passée de zéro à six pour cent [18].

Le problème réside dans le fait que de plus en plus de personnes non seulement ne veulent pas, mais aussi ne peuvent pas avoir d'enfants. La fréquence des mariages infructueux en Russie est de 15 - 20%. Selon l'OMS, l'indicateur 15% est critique, dans lequel l'infertilité peut être considérée comme un facteur qui affecte de manière significative les indicateurs démographiques dans le pays et représente un grave problème d'État. Les causes les plus importantes de l'infertilité sont les avortements et les maladies qui se transmettent principalement par contact sexuel. [19].

L'idée de la nécessité du contrôle des naissances en Russie a été proposée dans 1987 Baranov A.A., mais il a été rejeté par le PCUS, car le pays avait besoin de ressources humaines. Avec l'effondrement de l'URSS en décembre 1991, l'IPPF, sous les auspices de Raisa Gorbacheva, a infiltré la Russie et y opère toujours. Le contrôle des naissances était également occupé par son mari Mikhail Gorbachev, qui a même organisé une conférence internationale à 1995 sur la nécessité de contrôler la population mondiale, au cours de laquelle l'idée de réduire la population de 90% a été exprimée:

«Les institutions religieuses sont les principales responsables de l'explosion démographique. Il faut parler beaucoup plus clairement de la sexualité, de la contraception, de l'avortement, des valeurs que la population contrôle, car la crise démographique est une crise environnementale. Si vous réduisez la population de 90 pour cent, personne ne causera de dommages environnementaux notables. "[20]

Dans la même veine, le politicien russe Anatoly Chubais a dirigé son discours dans 2011. Parlant de la nécessité de réduire la population, il a parlé de l'établissement d'une tendance qui contribuera à réduire la population mondiale à 2.5 - 1.5 milliards d'ici la fin du 21e siècle.

«Au 21 siècle, l'extension des tendances de 20 est impensable. Le scénario de croissance continue est exclu. L'humanité est aujourd'hui confrontée à de nouveaux défis qualitatifs d'une ampleur sans précédent. Notre pays est capable d'apporter une réelle contribution à la résolution de ces défis sans précédent. » [21]

Sous le lobbying, EF Lakhova, qui a, entre autres, proposé une loi sur la stérilisation forcée des «indignes», en Russie, les uns après les autres, différents programmes de «planning familial» ont été adoptés. Le slogan «Que ce soit un enfant, mais sain et désirable» a été reproduit. Sous les auspices du ministère de la Santé, des centaines de centres ont ouvert leurs portes dans le pays pour mener une propagande anti-reproductrice aux dépens du budget de l'État, ce qui a contribué de manière significative à la crise démographique en Russie. L’éducation sexuelle des enfants a commencé, ce qui a décuplé les infections aux IST. [22].  

Le public a été informé que l'éducation sexuelle et la contraception pour les adolescents étaient dues à la nécessité de réduire les grossesses non désirées, mais les résultats ont été inversés. Paradoxalement, l'accès gratuit à la contraception entraîne une augmentation des grossesses et du nombre d'avortements. Ils se propagent rapidement, acquérant de nouvelles formes plus virulentes, telles que les MST, comme l'herpès et le sida. Le cancer du col de l'utérus, jusqu'alors presque inconnu chez les jeunes femmes, atteint désormais des proportions épidémiques, souvent associées à de nombreux partenaires sexuels. [23]... Cette image est universelle:

L'éducation sexuelle ne réduit pas l'incidence des MST

Calcul de la population potentielle de la Russie, si le taux de natalité et la mortalité restaient au niveau 1990 de l'année, alors au cours de l'année 2002 en Russie, il y aurait 9.4 millions de personnes de plus qu'au début du 90 [24]. Entre 2000 et 2010 le déclin naturel de la population était de 7.3 millions de personnes, tandis que son pic s'est produit dans les premières années du zéro - environ un million de personnes par an. De 1995 à nos jours, à l'exception de 2013 - 2015, la mortalité en Russie dépasse le taux de natalité [25].

Malgré sa reconnaissance en tant qu'agent étranger dans 2015, l'Académie russe des sciences et de la recherche travaille toujours activement avec la population, et les comités de la Douma d'État, le ministère de la Santé, le comité d'État pour la politique de la jeunesse, le ministère de l'Éducation et de nombreuses autres institutions publiques et d'État continuent de coopérer avec elle (La liste complète).

Bien que, selon les statistiques officielles, il y ait une tendance à une diminution du nombre absolu d'avortements, son principal facteur est une diminution du nombre de grossesses. Les valeurs relatives restent inchangées: sept grossesses sur dix se terminent toujours par un avortement, qui continue d'être perçu comme une procédure médicale normale. [16]. Selon des estimations d'experts, le nombre réel d'avortements dépasse les statistiques officielles de plusieurs fois et atteint de 3.5 millions d'avortements par an à 5 - 8 millions [2627]. Le médecin-chef de l'hôpital clinique d'État n ° 2 de la ville d'Orenbourg a déclaré lors d'une réunion de la Chambre publique de la Fédération de Russie qu'il avait un plan pour l'avortement. 

«Je reçois 20 millions de roubles par an pour les avortements, mais pas un sou pour leur prévention. Les soins de santé nous profitent de l'avortement. Jusqu'à ce que ce système change, vous ne devez pas attendre quelque chose. » [28]

Bien que l'IPPF revendique la neutralité concernant l'avortement, son ancien président Fredrik Say, dans son discours à 1993, a précisé que les organisations qui ne sont pas prêtes à soutenir l'avortement dans la pratique ou en théorie ne peuvent pas compter sur l'appartenance à l'IPPF. [29]. L'ancien directeur médical de l'IPPF, Malcolm Potz, a fait valoir qu'il n'était pas possible de démarrer et de mettre en œuvre un programme de planification familiale sans un avortement généralisé. Il a également déclaré que les lois restrictives de l'avortement sont dépassées et ne correspondent pas au monde moderne, et peuvent donc et doivent être violées [30]. Cette vision du monde est officiellement inscrite dans les directives IPPF: 

«Les associations de planification familiale et autres organisations publiques ne devraient pas utiliser le vide législatif ou la présence de lois défavorables pour nous comme motif d'inaction. L'action au-delà de la loi, et même contre la loi, fait partie du processus de conduite du changement. » [31]


Après la mort de Margaret Sanger dans 1966, tous les présidents ultérieurs de l'IPPF ont déclaré leur engagement envers la ligne Sanger. Actuellement, l'IPPF, avec un budget annuel de 1 milliards de dollars [32], sous couvert de bonnes intentions, mène ses activités haineuses dans plus de pays 190. Aucun de objectifs déclarés Les fédérations - soins de santé génésique, protection de la maternité, renforcement du prestige de la famille, prévention des MST, etc. - n'ont pas été réalisées. Mais le véritable objectif a été atteint - le taux de natalité a considérablement diminué.

Des célébrités hollywoodiennes en collaboration avec l'IPPF promeuvent l'avortement

À l'heure actuelle, le «mouvement climatique» croissant a inclus une réduction de la procréation à son ordre du jour. Ses membres ont également initié mouvement No Future No Children, qui s'engage à ne pas avoir d'enfants jusqu'à ce que les gouvernements prennent des mesures sérieuses contre le «changement climatique causé par l'homme». allemand enseignant est devenue célèbre après la publication d'un livre dans lequel elle exhorte les Allemands à ne pas donner naissance à des enfants. Selon elle, chaque enfant à naître sauve le monde de 9 441 tonnes de dioxyde de carbone.

Une machine, un steak de boeuf, beaucoup d'enfants - la glace fondra, les champs se dessècheront, les mers se lèveront. Les scientifiques recherchent des solutions, mais vous pouvez aider: vélo, véganisme et moins d'enfants.
Avoir un bébé est le plus grand acte de destruction du climat. Si vous voulez vraiment réduire votre impact sur le climat, il n'y a rien de plus puissant que de décider de ne pas avoir d'enfants.

Après avoir supprimé l'écran de la rhétorique vide pour protéger la «santé de la femme» et les «droits de l'homme», nous verrons le néo-malthusianisme tel qu'il est - se rebeller contre la vie humaine, la tradition et le progrès, exploitant l'idée de protéger les enfants et de détruire la famille.

Idéal pour quelqu'un de la taille de la population de la Terre sur Tablettes de Géorgie


Docteur en sciences politiques Vladimir Pavlenko

SOURCES

  1. L'autre crise (1998)
  2. La femme et la nouvelle race (1920)
  3. Plan pour pièce (1932)
  4. L'ange de la mort: une biographie de Margaret Zanger, fondatrice d'IFPS (1995)
  5. A. Carlson: société, famille, personnalité (2003)
  6. Croissance démographique et planification familiale aux États-Unis (1970)
  7. Le cercle SIECUS: une révolution humaniste (1973)
  8. Kingsley Davis, Politique démographique: les programmes actuels réussiront-ils? (1967)
  9. Matthew Connelly, Le contrôle de la population est une histoire: de nouvelles perspectives sur la campagne internationale pour limiter la croissance démographique (2003)
  10. FS Jaffe: Activités pertinentes à l'étude de la politique démographique pour les États-Unis (1969)
  11. Richard Nixon, Message spécial au Congrès sur les problèmes de croissance démographique. En ligne par Gerhard Peters et John T. Woolley, The American Presidency Project
  12. Commission Rockfeller sur la croissance démographique et l'avenir américain (1972)
  13. The Free Lance - Star, Dec 19, 1967: Shokely explique le plan de bébé.
  14. Rapport de l'ALEC sur Alfred Kinsey
  15. Mémorandum d'étude sur la sécurité nationale 200, Implications de la croissance démographique mondiale pour la sécurité américaine et les intérêts étrangers, 1974
  16. Le nombre de nouveau-nés aux États-Unis est tombé à un minimum sur 30 ans
  17. OMS: Planification familiale et santé de la reproduction dans les PECO et les NEI (2000) page 2
  18. Sondage: les Russes refusent délibérément d'avoir des enfants
  19. Sécurité démographique de la Russie: indicateurs régionaux, évaluation des résultats
  20. L'orateur d'une conférence sur le développement durable a appelé à une réduction de 90% de la population mondiale
  21. Conférence RusNanoTech, 2011
  22. Incidence de la syphilis en Russie 1985 - 2001
  23. Valerie Riches: sexe et ingénierie sociale
  24. 90 a coûté à la Russie près de 10 millions de vies: une étude démographique
  25. Rosstat: fertilité, mortalité et croissance démographique naturelle 1950 - 2016
  26. FIA: en chiffres et en faits: 3,5 millions d'avortements par an sont pratiqués par des femmes en Russie
  27. Le concept de politique familiale de l'État de la Fédération de Russie pour la période allant jusqu'à 2025
  28. Reconnaissance du médecin chef: je reçois de l'Etat des millions 20 pour avoir des avortements
  29. L'avortement à risque doit être abordé maintenant (1993)
  30. Malcom Potts (1970, 1979)
  31. IPPF: Le droit humain à la planification familiale (1984)
  32. AIF: Comment sauver le peuple?

Renseignements supplémentaires:

Groupe: La science pour la vérité

3 réflexions sur «Technologie du dépeuplement: planification familiale»

  1. J'espère que ces informations ne seront pas superflues pour atteindre la vérité dans la science, avec l'espoir que parmi nos scientifiques il y a encore ceux qui, comme vous l'écrivez correctement,
    ils ne deviendront pas des serviteurs de maîtres culturels et politiques étrangers qui se sont fixé pour objectif de réduire la population mondiale:
    «La lutte contre le sida s'est avérée pire que le sida lui-même
    La clé de l'efficacité de la stratégie de Moscou sur le VIH / SIDA réside dans des programmes de prévention qui tiennent compte des traditions culturelles de la Russie
    Victoria Shakhovskaya
    La riposte au VIH / sida a été portée à l'attention de l'Institut russe d'études stratégiques (RISI). Les experts craignent que la lutte contre l'épidémie du virus ne nuise à la sécurité de la Fédération de Russie. Cela a été annoncé lors d'une conférence de presse à l'agence de presse TASS par le chef de RISI Leonid Reshetnikov.
    Depuis plusieurs années, l'Institut russe d'études stratégiques étudie les organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales et leurs tentatives d'influencer la politique intérieure et étrangère de la Russie. «La lutte contre le sida n'est qu'un aspect de leur travail. Mais très intéressant. Aujourd'hui, nous pouvons voir que le monde a affaire à une société mondiale établie et bien structurée, dédiée à la lutte contre le VIH / sida. Elle dispose d'un réseau mondial d'organisations non gouvernementales. Leurs activités sont menées au-delà des frontières des États nationaux et sont de nature transnationale. Les États-Unis sont le stratège mondial qui dirige et contrôle les activités de ces organisations pour eux-mêmes », a déclaré Leonid Reshetnikov.
    Il a expliqué que les organisations mondiales, coordonnées avec le plan d'action américain, testent la souveraineté des États, les valeurs culturelles nationales et les traditions historiques des pays qui deviennent l'objet de leurs efforts. «La Russie a déjà pu le ressentir par elle-même. Par conséquent, la coopération avec l'ONU et d'autres organisations internationales doit être réformée.
    Au fil des ans, les ONG russes mettant en œuvre des projets de l'ONUSIDA et du Fonds mondial ont essentiellement détruit les valeurs traditionnelles dans le but d'introduire de nouvelles normes de comportement. Ces programmes de «réduction des méfaits» et de thérapie de substitution visent à légaliser la toxicomanie et la prostitution », a déclaré M. Reshetnikov. Il a précisé que ces programmes ont une tâche ouverte - changer la législation de la Fédération de Russie afin d'introduire librement les valeurs et les normes de comportement occidentales.
    Le chef du RISI a noté qu'au cours des années 25, la Russie a pris de nombreuses obligations internationales, dont certaines sont clairement contraires à la sécurité nationale. Il est très difficile de refuser de les remplir sans perte de réputation. «Néanmoins, il devient évident qu'une coopération avec l'ONU est actuellement nécessaire pour diversifier et optimiser. Depuis les plans de riposte au sida imposés par les États-Unis par le biais d'organisations internationales menacent sans aucun doute la sécurité nationale de la Fédération de Russie », a déclaré Leonid Reshetnikov.

    RAPPORT ANALYTIQUE «Lutte contre l'épidémie de VIH / sida: tendances mondiales et sécurité nationale de la Russie»
    République de Crimée
    Quartier de Bakhchisaray, pos. Sandy
    2015
    T.S. Guzenkova, O.V. Petrovskaya, I.A. Nikolaychuk
    https://riss.ru/bookstore/monographs/aids/

    Cordialement, Sazonova Irina Mikhailovna, médecin, membre de l'Union des journalistes de Moscou, experte du Conseil central du Mouvement public panrusse "Assemblée parentale panrusse" pour la défense des droits des parents et des enfants.

  2. En 1965, il y a eu une sécheresse en Inde et dans les régions les plus durement touchées, les gens vivaient au bord de la famine. Le Premier ministre Indira Gandhi s'est tourné vers les États-Unis pour obtenir une aide alimentaire, mais le président Lyndon Johnson a fait de l'adoption de programmes anti-nataux une condition: "Je ne vais pas gaspiller l'aide humanitaire sur des pays qui refusent de résoudre leurs problèmes de population." Son successeur, Nixon, a confirmé: "Le contrôle de la population est impératif ... il doit aller de pair avec l'aide." Gandhi a assuré que tout serait comme il se doit.

    Le gouvernement indien a adopté une approche «globale» de la planification familiale qui a utilisé des incitations pour encourager la contraception et la stérilisation. Les responsables de la santé ont offert des paiements en espèces aux hommes et aux femmes qui prenaient la forme d'une contraception à long terme (principalement l'introduction d'un DIU) ou d'une stérilisation chirurgicale.

    Malgré la censure dans les médias, des rapports d'abus horribles ont commencé à faire surface - des jeunes ont été entraînés de force dans des «camps» de vasectomie et la police a utilisé la violence contre ceux qui protestaient contre le nouveau régime de «planification familiale». Tous les fonctionnaires, des enseignants aux chefs de train, se voyaient attribuer des «quotas» pour le nombre de personnes à «motiver» pour la contraception ou la stérilisation à long terme. Le certificat de stérilisation est devenu une exigence pour divers types de cartes d'allocation de ressources, de terrains, de nouveaux logements pour les habitants des bidonvilles et, dans certains cas, même pour les connexions électriques.

    En 1977, Indira Gandhi a perdu les élections parlementaires et cela a mis fin à ses programmes de planification familiale.

    https://origins.osu.edu/article/population-bomb-debate-over-indian-population/page/0/1

    1. En Chine, après de nombreuses années de propagande sur l'augmentation du taux de natalité, la bureaucratie chinoise au pouvoir s'est tournée exactement à l'opposé. À 1979, elle s'est lancée dans son propre programme de contrôle de la population. Pendant de nombreuses années, les couples ont dû demander à l'État la permission d'avoir un enfant. L'une de ces autorisations des 1980 a déclaré: «Sur la base des plans nationaux de population, couplés à la nécessité d'un mariage tardif, de naissances tardives et de moins de naissances, il a été décidé que vous pouvez donner naissance à un enfant pour [quatre-vingts ] de l'année. Le quota n'est valable que pour l'année désignée et ne peut être transféré. »

      Chaque province chinoise a développé son propre système d'incitations et de contraintes pour respecter son quota de contrôle de la population. Connelly donne un exemple typique du Hubei: «Si les parents n'avaient qu'un seul enfant, ils recevaient des subventions pour les soins médicaux, une priorité pour le logement et une pension augmentée. L'enfant a également eu un accès préférentiel à l'école, à l'université et au travail. Mais si les parents avaient un autre enfant, ils devaient rembourser toutes les prestations reçues. Quant à ceux qui ont eu deux enfants ou plus, les mères et les pères ont été réduits à 10% de leur salaire pendant les années 14. »

      Comme en Inde, le contrôle de la population en Chine reposait également sur le pouvoir répressif. Pendant la «phase la plus forcée de l'histoire de la politique chinoise concernant un enfant [dans les 1980], toutes les femmes avec un enfant devraient avoir un dispositif intra-utérin en acier inoxydable avec protection contre les accès non autorisés, tous les parents avec deux enfants ou plus devraient ont été stérilisées et toutes les grossesses non autorisées ont été interrompues. »
      https://books.google.com/books?id=CwImmRvyyiEC

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Обязательные поля помечены *